Articles qui parle de finances personnelles (hypothèques)

, , ,

Rénovation : les subventions disponibles

Une facture de rénovation peut grimper rapidement. Avant de lancer les travaux, vous avez tout intérêt à vérifier si vous avez accès à des subventions ainsi que les règles à suivre pour y avoir droit.

Pour vous aider dans vos démarches, nous avons rassemblé ici pour vous les principaux programmes d’aide offerts par les gouvernements.

Subvention canadienne pour des maisons plus vertes (fédéral) :

Travaux admissibles : Isolation, étanchéité, chauffage, énergies renouvelables, etc.

  • Jusqu’à 600 $ pour faire évaluer l’efficacité énergétique de votre maison;
  • Jusqu’à 5 000 $ pour effectuer les travaux.

Note importante : au Québec, il faut s’inscrire au programme Rénoclimat du gouvernement provincial pour avoir accès à cette subvention.

Pour en savoir plus.

Rénoclimat (gouvernement du Québec) :
Travaux admissibles : isolation, étanchéité, remplacement de portes et de fenêtres et installation ou remplacement de systèmes mécaniques (système de ventilation, chauffe-eau, thermopompe, système de chauffage et système géothermique).

  • Jusqu’à 20 000 $ pour le propriétaire d’une maison;
  • Jusqu’à 40 000 $ pour le propriétaire d’un duplex, d’un triplex ou d’un immeuble résidentiel à logements multiples.

Pour en savoir plus.

Chauffez vert (gouvernement du Québec) :

Ce programme subventionne le remplacement d’un système de chauffage au mazout ou au propane par un système alimenté par de l’énergie renouvelable.

  • L’aide financière varie selon le type d’habitation et elle peut être plus importante dans le cas des habitations multilogements;
  • Par exemple, pour une maison individuelle, l’aide peut atteindre 1 275 $ si elle est alimentée au mazout et 850 $ si c’est au propane.

Pour en savoir plus.

Thermopompes efficaces (Hydro-Québec) :

Le programme vise l’installation d’une thermopompe efficace par un client résidentiel d’Hydro-Québec. De multiples types d’habitations sont admissibles.

  • L’aide financière est de 50 $ par tranche de mille Btu de chauffage à -8 °C, jusqu’à un maximum de 1 000 $.

Pour en savoir plus.

Maison écolo (SCHL) :

Ce programme peut vous aider si vous achetez ou construisez une maison écoénergétique ou si vous rénovez un logement pour le rendre plus écoénergétique.

  • Jusqu’à 25 % du montant de la prime d’assurance hypothécaire de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

Pour en savoir plus.

Éconologis (gouvernement du Québec) :

Ce programme s’adresse aux familles à revenus modestes. Il permet de « profiter gratuitement de conseils personnalisés et de travaux légers pour améliorer le confort de son habitation et mieux gérer sa consommation d’énergie ». Vous pouvez aussi obtenir, dans certains cas, l’installation de thermostats électroniques.

Pour en savoir plus.

Subvention pour le gaz naturel (Énergir) :

Si vous songez à convertir votre vieux système de chauffage par un système au gaz naturel, vous pourriez profiter d’une aide financière ou d’un rabais d’Énergir (anciennement Gaz Métro).

Pour en savoir plus.

Novoclimat (gouvernement du Québec) :

Ce programme vise à encourager la construction de maisons hautement efficaces sur le plan énergétique.

  • Le premier propriétaire d’une maison neuve homologuée Novoclimat reçoit une aide financière de 2 000 $;
  • Si quelqu’un accède à la propriété pour la première fois, une aide financière additionnelle de 2 000 $ est également accordée, soit une aide totale de 4 000 $.

Pour en savoir plus.

RénoRégion (Société d’habitation du Québec) :

Si vous habitez en milieu rural et que votre demeure nécessite d’importants travaux pour réparer des défectuosités majeures, ce programme pourrait vous donner un coup de main. Il s’adresse aux familles à revenus faibles ou modestes.

  • Jusqu’à 95 % du coût reconnu pour la réalisation des travaux admissibles, pour un maximum de 12 000 $.

Pour en savoir plus.

Vérifiez auprès de votre municipalité

Des subventions additionnelles sont offertes pour la rénovation de maisons et d’immeubles résidentiels par certaines municipalités. Prenez le temps de vérifier auprès de votre ville pour savoir ce qui est offert.

Bonnes rénovations!

Source : blogue de Centris : https://www.centris.ca/fr/blogue/ecolo/renovation-les-subventions-disponibles?uc=1

, ,

Acheter une maison à rénover : bonne affaire ou gouffre financier ?

Les acheteurs à la recherche de la résidence idéale font souvent face à ce dilemme classique : est-il préférable d’acheter une maison à rénover ou plutôt une résidence clé en main ?

La première option est généralement plus accessible à l’achat et vous permettra de personnaliser la maison à vos gouts. Toutefois, elle vous demandera beaucoup de temps et d’argent quand viendra le moment des rénovations.

De son côté, la propriété clé en main est plus couteuse à l’achat, mais vous n’aurez pas à prévoir de budget pour les rénovations, à court ou moyen terme du moins. Outre le prix, le plus grand désavantage est qu’elle ne répondra pas en tous points à vos gouts, sauf si vous êtes vraiment chanceux !

Acheter une maison à rénover, une tendance qui ne s’essouffle pas

Au cours des dernières années, les émissions de rénovation ont inspiré plusieurs acheteurs à réaliser un flip immobilier. L’idée d’acheter une propriété désuète, la rénover et la revendre en peu de temps pour générer un profit intéressant peut sembler alléchante pour bien des investisseurs.

D’autres rêvent plutôt de réaliser un fixer upper, c’est-à-dire transformer une propriété pour la rendre complètement à leur image.

La clé de la réussite : la préparation !

Avant de vous lancer dans un projet de rénovation, assurez-vous de bien comprendre son envergure. Sans une bonne préparation, votre beau projet pourrait se transformer en gouffre financier.

Dans le contexte actuel, les maisons et les matériaux de construction sont plus dispendieux. La rareté des matériaux et de la main-d’œuvre pourrait complexifier votre projet. Inévitablement, plusieurs imprévus se parsèmeront votre route ! Sans oublier les surprises que réservent parfois les vieilles maisons et qui pourraient faire fondre votre budget, surtout si vous sautez sur une aubaine vendue sans garantie légale…

Acheter une maison à rénover peut être une très bonne affaire si vous avez les ressources nécessaires pour mener à bien votre projet en respectant votre budget. Plus votre degré de connaissance et votre capacité à faire certains travaux sont élevés, plus vous économiserez. Mais attention : exécuter des travaux vous-même sans avoir l’expertise pourrait vous couter beaucoup plus cher au final…

Vous n’avez pas suffisamment de compétence pour mener le projet vous-même ? Vous pouvez le déléguer à un entrepreneur en rénovation, en tout ou en partie. Pour éviter les mauvaises surprises, demandez quelques devis avant l’achat afin de valider si votre budget est suffisant.   

Dans tous les cas, dressez une liste des travaux à faire à court, moyen et long terme. Vous aurez ainsi une bonne vue d’ensemble de ce qui vous attend.

Demandez conseil !

Finalement, vous pouvez demander conseil auprès de votre courtier immobilier pour savoir si les rénovations projetées feront augmenter la valeur de la maison. En tant qu’expert du marché, il saura vous aider à décider si votre projet d’acheter une maison à rénover représente une bonne affaire ou un gouffre financier !

, , ,

Comment le prix de vente d’une maison est-il fixé ?

Le prix de vente d’une maison est un facteur déterminant dans le succès de votre transaction immobilière. Plus il est juste, plus vous aurez de chances de vendre rapidement en réalisant le meilleur profit possible.

En effet, si le prix de vente de votre propriété est plus haut que sa valeur sur le marché, le processus sera long, voire impossible. Au contraire, s’il est trop bas, vous vendrez facilement, mais avec un profit moindre.

Le marché immobilier local, la demande, l’évaluation municipale, l’état ou l’âge de la maison… Quels sont les éléments pris en compte pour calculer la valeur d’une résidence ?

Voici comment les courtiers immobiliers et leurs équipes s’y prennent.

Le prix de vente d’une propriété, ça se calcule… en se comparant !

Les courtiers immobiliers utilisent surtout la technique des comparables pour établir la valeur d’une propriété. Cette méthode éprouvée permet d’avoir un prix qui reflète plutôt bien l’état actuel du marché.

Les comparables tiennent compte des prix des autres maisons en vente ou récemment vendues dans le même secteur. Votre courtier immobilier recherchera des propriétés similaires à la vôtre pour comparer leur prix de vente et ainsi arriver à fixer la juste valeur de votre maison.

Pour déterminer si une autre résidence est « comparable » à la vôtre, il se base sur une liste de critères :

  • Le secteur, qui doit nécessairement être le même ;
  • La dimension du bâtiment et du terrain ;
  • La superficie habitable et le nombre de pièces ;
  • La qualité de la finition des pièces ;
  • La qualité de l’enveloppe du bâtiment (revêtement, toit, fondation, fenêtres, etc.).

Et l’évaluation municipale dans tout ça ?

La plupart du temps, l’évaluation municipale ne reflète pas la réalité du marché actuel. Même si elle peut donner une idée approximative du prix d’une propriété, elle ne doit pas être considérée comme un critère sûr.

Fixer le prix de vente d’une maison nécessite un jugement objectif.

L’attachement que vous portez à votre propriété n’a aucun impact sur son prix de vente, et ce dernier n’est jamais inscrit au hasard.

Pour être le plus juste possible, le prix de vente se fixe d’après un calcul objectif. Faites confiance à l’expertise de votre courtier immobilier. Il possède tous les outils et les connaissances nécessaires pour déterminer le meilleur prix de ventre pour votre propriété.

, , , ,

5 principes de base pour investir en immobilier

L’engouement actuel pour l’immobilier ne dérougit pas. De plus en plus de personnes souhaitent investir en immobilier et avoir leur part du gâteau. Or, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Pour réussir dans ce domaine complexe, les investisseurs en devenir doivent posséder les connaissances nécessaires pour bien démarrer leur projet et rentabiliser leurs acquisitions.

Voici 5 principes de base pour vous guider dans la grande aventure qu’est l’investissement immobilier.

1. Investir en immobilier en fonction de sa situation

L’investissement immobilier peut convenir à plusieurs types de personnes visant différents objectifs, tels qu’un profit rapide, un fonds pour la retraite, le développement d’une entreprise ou des revenus passifs.

C’est la situation personnelle de chacun qui détermine la meilleure approche pour y arriver. Certains facteurs influencent nécessairement votre stratégie d’investissement immobilier. Par exemple :

  • Votre âge
  • Vos liquidités disponibles
  • Vos revenus
  • Votre santé financière (particulièrement votre cote de crédit)
  • Votre personnalité et vos aptitudes

Malgré votre ambition, ces éléments peuvent avoir un impact non négligeable sur la faisabilité et la rentabilité de votre projet. Il est donc important de les considérer lors de votre réflexion initiale.

2. Choisir un type d’habitation et s’y tenir

Unités locatives à court terme, plex, locaux commerciaux, terrains, résidences pour personnes âgées : il existe une multitude de biens immobiliers qui peuvent servir à faire vos premières armes dans l’investissement immobilier.

Toutefois, il est important de choisir un créneau spécifique et de s’y consacrer, du moins au début de votre carrière d’investisseur. De cette façon, vous acquerrez plus rapidement les compétences et les connaissances nécessaires pour réussir avec le type de bâtiments choisi. Perfectionnez d’abord vos compétences pour bien saisir les opportunités et administrer vos premiers immeubles efficacement. Au fil du temps, vous pourrez diversifier votre parc immobilier avec plus de confiance, si cela convient à votre stratégie d’investissement.

Les personnes qui veulent investir dans l’immobilier commencent, pour la plupart, avec l’achat d’un petit multilogement, allant d’un duplex à un bloc de 8 appartements. Leur acquisition est relativement simple : ils sont généralement nombreux sur le marché et accessibles à des prix intéressants, surtout hors des grands centres urbains.

3. Bien connaître le secteur où l’on veut investir

Chaque ville, chaque quartier, chaque secteur possède ses spécificités, incluant la valeur des immeubles, le type de clientèle et les attraits qu’on y retrouve. Pour investir de manière judicieuse, il est important de bien choisir l’emplacement de vos actifs immobiliers. Par exemple, un secteur donné pourrait contenir des édifices plus abordables, mais un autre affichant des prix plus élevés pourrait vous rapporter davantage au bout du compte.

Pour vous y retrouver, rien de mieux que de choisir un courtier immobilier qui connaît bien les particularités du secteur où vous souhaitez acquérir un immeuble. Il pourra vous dresser un portrait du quartier en question et voir s’il convient à votre situation.

4. Déterminer sa stratégie d’investissement

Avant d’investir en immobilier, vous devez déterminer votre objectif et votre stratégie d’investissement.

Souhaitez-vous un investissement à court terme ? Le flip pourrait être une bonne option. Il consiste à acheter une propriété qui nécessite quelques rénovations, à la revamper au goût du marché et à la revendre rapidement clé en main, à profit.

Vous pourriez aussi développer une stratégie d’investissement à long terme, qui vous permettrait d’empocher un profit beaucoup plus important, mais après 10, 20 ou 30 ans.

Bref, il n’y a pas qu’une bonne façon d’investir en immobilier. Il suffit de trouver celle qui convient le mieux à votre profil d’investisseur. Par la suite, vous pourrez établir votre budget et trouver les leviers de financement possibles pour votre projet d’investissement. Même si la mise de fonds reste le meilleur moyen pour accéder à la propriété, il existe d’autres options pour acquérir des immeubles à revenus.

5. Bien s’entourer

Peu importe le domaine, les entrepreneurs qui réussissent le mieux sont ceux qui savent s’entourer des bonnes personnes. Et l’immobilier ne fait pas exception à la règle ! Ainsi, que vous possédiez un ou plusieurs bâtiments, pensez à vous constituer une équipe de professionnels multidisciplinaires qui pourront vous appuyer dans vos opérations courantes : courtier immobilier, partenaire d’affaires, entrepreneur en construction, conseiller financier, comptable, fiscaliste, avocat, notaire. En affaires, c’est toujours gagnant d’avoir un carnet d’adresses bien garni.

En terminant, rappelez-vous que devenir un investisseur immobilier à succès demande des compétences variées qui s’acquièrent avec l’expérience. Grand connaisseur et passionné du domaine, votre courtier immobilier commercial vous accompagnera avec plaisir au cours de votre processus d’apprentissage.

Bon investissement!

, , ,

Comment amasser sa mise de fonds pour acheter une maison?

Vous souhaitez acquérir une propriété prochainement? Vous aurez certainement besoin d’une mise de fonds. Puisqu’elle représente tout de même un bon montant du prix d’achat, voici quelques conseils pour prévoir les fonds nécessaires à l’achat d’une maison.

Qu’est-ce qu’une mise de fonds?

La mise de fonds est une somme d’argent qui doit nécessairement être versé dès l’acquisition d’une propriété. Lors de la transaction immobilière, le montant de la mise de fonds est déduit du prix d’achat ; le solde restant correspond au montant de l’hypothèque que vous aurez à rembourser.

Le montant de la mise de fonds dépend du prix d’achat de la propriété. La mise de fonds minimale exigée est de 5 % du prix d’achat de la maison (lorsque ce dernier est de 500 000 $ ou moins) et peut aller jusqu’à 20 %. Il est important de savoir que toute mise de fonds inférieure à 20 % du prix d’achat de la maison doit être accompagnée d’une assurance prêt hypothécaire. Cette dernière sert à protéger le prêteur (la banque) en cas de défaut de paiement. Dans certains cas, l’assurance prêt hypothécaire peut aussi être exigée avec une mise de fonds de 20 %. Cette prime sera ajoutée au montant de vos versements hypothécaires.

Puisque la mise de fonds est déduite de votre hypothèque, il est très avantageux d’accumuler au moins 20 % du prix d’achat de la maison, et même davantage si possible. En plus d’éviter de payer une assurance prêt, vos versements hypothécaires seront moins élevés et, à long terme, vous payerez beaucoup moins d’intérêts.

Pour illustrer ces propos, voici un exemple préparé par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada :

  • Prix d’achat de la maison : 400 000 $
  • Taux d’intérêt : 4 %
  • Période d’amortissement du prêt : 25 ans
  • Fréquence des versements : mensuelle
  • Prime d’assurance prêt hypothécaire ajoutée à l’hypothèque
Mise de fondsMontant de la mise de fondsHypothèquePrime d’assurance prêt hypothécaireHypothèque (incluant l’assurance prêt hypothécaire)Coût total de la maison (incluant les intérêts et l’assurance prêt hypothécaire)
5 %20 000 $380 000 $15 200 $395 200 $643 649 $
10 %40 000 $360 000 $11 160 $371 160 $625 712 $
20 %80 000 $320 000 $Non requise320 000 $584 979 $

Quelques astuces pour trouver la mise de fonds nécessaire à l’achat d’une maison

Le tableau présenté précédemment démontre clairement l’importance de verser la plus grande mise de fonds possible afin d’économiser considérablement sur le montant total payé pour acheter votre propriété.

Toutefois, c’est plus facile à dire qu’à faire! Amasser une mise de fonds prend du temps et demande beaucoup d’efforts. Voici donc quelques trucs pour vous aider à atteindre votre rêve le plus rapidement possible.

1. Cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour profiter du régime d’accession à la propriété (RAP)

Connaissez-vous l’expression RAPer? Même si elle peut sembler étrange, elle fait partie du jargon des professionnels de l’immobilier et des premiers acheteurs! En effet, la meilleure façon de prévoir l’achat d’une première habitation est de cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour profiter du régime d’accession à la propriété (RAP).

Grâce à ce programme, les premiers acheteurs peuvent retirer des fonds de leur REER pour financer leur mise de fonds. Ils ont ensuite 15 ans pour rembourser l’argent retiré. Chaque propriétaire peut retirer jusqu’à 35 000 $ sans payer d’impôt sur le retrait. Comme le REER offre des avantages fiscaux importants, dont les cotisations déductibles d’impôts, RAPer est l’une des meilleures façons d’acheter sa première maison.

2. Développer une bonne stratégie d’épargne

Évidemment, pour cotiser à un REER, obtenir une mise de fonds ou mettre de l’argent de côté pour les dépenses initiales liées à l’achat d’une maison, il est nécessaire de penser à une stratégie d’épargne.

Prévoir des virements automatiques à chaque paie, faire un budget (et le respecter!), contrôler les dépenses : il y a plusieurs façons d’économiser. L’Autorité des marchés financiers a produit un guide comprenant 99 trucs pour économiser sans se priver. Vous en trouverez certainement quelques-uns adaptés à votre situation!

3. Profiter d’un don

Vous avez reçu une somme d’argent importante d’un héritage? Vos parents vous ont fait un généreux cadeau pour souligner la fin de vos études? Utilisez cet argent pour votre mise de fonds. En vous faisant économiser des milliers de dollars en intérêts, ce beau geste sera encore plus significatif.

L’importance de faire affaire avec un courtier hypothécaire

Vous souhaitez acquérir une propriété à court, moyen ou long terme? Pensez à consulter un courtier hypothécaire. Tout au long de vos démarches, il saura vous conseiller en analysant votre situation financière. Il vous proposera le produit hypothécaire qui vous convient le mieux, notamment en fonction de la mise de fonds que vous aurez à amasser pour acheter votre maison.

, , , ,

3 trucs pour gagner une offre d’achat multiple

Vous avez enfin trouvé la résidence de vos rêves. Vous vous voyez déjà y vivre le parfait bonheur. Vous présentez une promesse d’achat sans hésiter… tout comme 2 autres acheteurs potentiels !

Vous vous retrouvez donc en situation d’offres d’achat multiples. C’est une réalité de plus en plus fréquente pour les ménages à la recherche d’une maison unifamiliale en bon état dans un secteur recherché.

Le marché immobilier obéit à la loi impitoyable de l’offre et la demande. Actuellement, le nombre de résidences à vendre est plus faible que le nombre d’acheteurs potentiels. Résultat ? Les propriétés s’envolent vite, tout comme leur prix !

Quelle stratégie devriez-vous adopter afin de gagner une offre d’achat multiple ?

Petite parenthèse sur la Loi du courtage immobilier

Les courtiers immobiliers du Québec sont soumis à la Loi sur le courtage immobilier et, par le fait même, à son Règlement sur les conditions d’exercice d’une opération de courtage, sur la déontologie des courtiers et sur la publicité.

Sans entrer dans les détails, ce règlement exige notamment que les courtiers immobiliers présentent toutes les promesses d’achat au vendeur avec transparence et équité, en plus d’assurer la confidentialité de leur contenu aux autres acheteurs potentiels. Si le courtier du vendeur lui présente également une offre d’achat d’un autre de ses clients, il doit le conseiller en faisant preuve de beaucoup d’intégrité pour ne pas contrevenir à ce règlement. Comme expliqué dans cet article détaillé de l’OACIQ, il ne doit en aucun cas favoriser ses propres intérêts plutôt que ceux de son client.

Cela signifie entre autres que si vous êtes en situation de promesses d’achat multiples, vous saurez combien d’offres auront été présentées, mais vous ne pourrez pas être informé de leur contenu.

Pour remporter une promesse d’achat multiple, le mieux est donc de présenter d’emblée la meilleure offre possible. Même s’il ne peut vous informer du montant et des conditions proposés par les autres intéressés, votre courtier demeure le mieux placé pour vous conseiller dans l’optimisation de votre promesse d’achat.

Voici 3 trucs pour vous démarquer parmi les autres acheteurs potentiels.

Le vendeur n’est pas dans l’obligation d’accepter l’offre la plus élevée ni même aucune d’entre elles. Il est tout à fait libre de fixer lui-même ses propres critères décisionnels.

Bien que chaque contexte de vente soit différent, ces 3 stratégies vous aideront à mettre les chances de votre côté.

1. Offrez votre prix maximal dès le départ.

Le montant de votre offre d’achat est sans contredit un élément important pour faire pencher la balance en votre faveur. Le temps n’est pas à la négociation à la baisse et offrir le prix demandé pourrait même être insuffisant. Fixez le prix le plus élevé que vous êtes prêt à débourser, en tenant compte de votre budget, du marché et, bien sûr, des conseils avisés de votre courtier immobilier.

2. Présentez les meilleures conditions d’achat.

La souplesse de vos conditions de vente peut également être décisive pour le vendeur, surtout s’il veut régler la transaction rapidement. Une date d’achat proche et un délai d’occupation court joueront en votre faveur, tout comme l’obtention d’une préapprobation hypothécaire, qui démontrera que vous êtes un acheteur sérieux.

Une stratégie plus risquée consiste à refuser l’inspection préachat pour simplifier le processus d’achat : ce n’est généralement pas une bonne idée ! Parlez-en à votre courtier avant de prendre une telle décision.

3. Ne négligez pas le facteur émotionnel.

La décision de l’acheteur peut aussi se baser sur des raisons plus subjectives. Ceux qui accordent une grande valeur sentimentale à leur propriété favorisent parfois les acheteurs qu’ils imaginent le mieux profiter de leur ancienne maison. N’hésitez pas à joindre une lettre de présentation à votre offre d’achat qui explique pourquoi vous aimeriez y vivre. Parlez de vos projets de vie et de quelques coups de cœur que vous avez eus lors de votre visite.

Ce n’est pas futile ! Certaines familles gagnent leur offre d’achat après avoir attendri le vendeur en lui présentant une belle photo touchante de leurs enfants…

Le mot de la fin

Vivre une situation d’offres d’achat multiples peut être une expérience stressante. Vous devez prendre des décisions rapides, tout en respectant votre budget et vos critères de sélection.

Notre truc ultime ? Faites-vous accompagner par un courtier immobilier à l’écoute de vos besoins. Il vous aidera à prendre les meilleures décisions selon votre situation personnelle. Vous n’aurez ainsi aucun regret, que vous remportiez ou non votre offre d’achat.