, ,

Quel est l’état de l’immobilier commercial depuis la pandémie?

Après deux années remplies de chamboulements en raison de la pandémie, la vie normale reprend tranquillement son cours. Mais qu’en est-il de l’immobilier commercial?  

Les entreprises ont subi de nombreux soubresauts au cours des derniers mois. Voici les principaux changements qui se sont opérés dans le secteur de l’immobilier commercial depuis la pandémie, ainsi que les perspectives d’avenir.  

Des bouleversements dans tout le secteur de l’immobilier commercial depuis le début de la pandémie 

Depuis mars 2020, les entreprises œuvrant dans différents secteurs d’activité ont eu à composer avec plusieurs confinements décrétés par les autorités afin d’enrayer la propagation de la COVID-19. Concrètement, ces fermetures ont entraîné une baisse des revenus pour les commerçants et, par conséquent, une difficulté à assurer leurs frais et leurs dépenses, notamment le paiement de leur loyer. Cette situation a aussi impacté les propriétaires d’immeubles commerciaux, dont plusieurs ont dû se rabattre sur des aides d’urgence gouvernementales.   

Le télétravail obligatoire a aussi entraîné la désertion de la majorité des immeubles de bureaux, privant de ce fait les commerçants et les restaurateurs du secteur de leur clientèle habituelle.   

Vraiment, les entrepreneurs et les propriétaires d’immeubles commerciaux ont subi leur lot d’épreuves depuis la pandémie! En revanche, même si le secteur de l’immobilier commercial demeurera transformé, l’avenir s’annonce plus radieux avec les perspectives intéressantes formulées par des experts du domaine. 

Des perspectives intéressantes pour l’immobilier commercial après la pandémie 

Dans plusieurs domaines, les experts s’entendent pour dire que le monde tel que nous le connaissions avant la pandémie ne sera plus d’actualité. En effet, plusieurs transformations amorcées durant ces deux dernières années sont là pour de bon. Et les immeubles commerciaux auront un grand rôle à jouer dans cette transition.  

Prenons, par exemple, les immeubles de bureaux. Avant la pandémie, la tendance était aux espaces plus compacts et denses. Maintenant, à cause de la distanciation physique, le besoin en espace pourrait s’accroitre, malgré le télétravail qui sera encore bien présent dans plusieurs entreprises.  

Les grands changements dans ce secteur pourraient se répercuter de deux façons : par des espaces commerciaux offrant des conditions de location plus flexibles pour permettre aux entreprises de s’ajuster plus rapidement et par des locaux situés à l’extérieur des grands centres, dans les banlieues plus près du domicile des employés qui, depuis le télétravail, sont moins enclins à perdre d’innombrables heures de transport.  

Le commerce de détail a également connu de grands bouleversements durant la pandémie. Ce secteur est appelé à se transformer en raison de la popularité grandissante du commerce en ligne. C’est une transformation qui était déjà enclenchée avant la pandémie, mais qui a pris de l’ampleur avec les restrictions et les fermetures des deux dernières années.   

Au lieu d’une boutique ayant pignon sur rue, les entreprises se tourneront sans doute vers des espaces destinés à l’entreposage de leurs marchandises ainsi qu’à la gestion et à l’expédition de leurs commandes. Maintenant, leur défi n’est plus nécessairement d’avoir le meilleur emplacement pour leur boutique, mais de pouvoir compter sur des centres de distribution de qualité et à proximité de leur clientèle pour acheminer leurs produits rapidement.  

Avec toutes ses transformations, plusieurs types d’espaces commerciaux devront trouver une nouvelle vocation pour mieux répondre aux besoins des entreprises locataires.  

Tirez le meilleur de l’immobilier commercial post-pandémie grâce à votre courtier 

Malgré les nombreux changements annoncés dans le secteur de l’immobilier commercial post-pandémie, il s’agit tout de même d’un bon moment pour investir dans un immeuble ou pour trouver des locaux mieux adaptés à vos besoins.  

L’important est de choisir un espace qui pourra s’adapter à l’évolution de vos activités commerciales. Pour ce faire, faites-vous accompagner par un courtier immobilier spécialisé dans le secteur commercial. Avec ses connaissances du domaine et en adéquation avec vos exigences, il saura trouver l’endroit idéal pour assurer la prospérité de votre entreprise. 

, ,

Emprunter pour rénover : quel type de prêt choisir?

La grande majorité des propriétaires sera d’accord pour dire qu’il y a toujours des projets à réaliser sur une propriété. Moderniser une pièce pour la rendre au goût du jour, réparer la toiture, remplacer un système de chauffage désuet, finir le sous-sol ou encore rénover la cuisine : ce ne sont pas les idées d’amélioration qui manquent!

Mais comme vous le constaterez dès vos premières recherches, les projets de rénovation sont souvent dispendieux. Si vous ne pouvez compter sur vos économies personnelles, vous devrez probablement emprunter pour rénover. Pour ce faire, plusieurs options de financement s’offrent à vous.

Voici un aperçu des différents types de prêts pour rénovations qu’il vous est possible de contracter.

Emprunter pour un petit projet de rénovation

L’option de la carte de crédit peut être intéressante si vous n’avez que des travaux mineurs à réaliser (5 000 $ et moins) et que vous avez les liquidités nécessaires pour faire les paiements mensuels requis. Informez-vous aussi des programmes de remise en argent ou en points qui peuvent être très intéressants.

Les prêts et marges personnels

Pour des projets de moyenne envergure, les prêts et les marges personnels représentent de meilleures options que les cartes de crédit, car leurs taux d’intérêt sont généralement plus bas.

Si votre projet s’échelonne sur plusieurs mois, la marge pourrait s’avérer avantageuse, car le paiement des intérêts s’applique seulement sur la portion que vous utilisez. De plus, vous bénéficiez d’un moment préapprouvé : vous n’aurez donc pas à faire une nouvelle demande de prêt chaque fois que vous aurez besoin de fonds.

L’hypothèque, un levier qui permet d’emprunter facilement pour rénover

Dans la plupart des cas, les propriétaires peuvent utiliser leur hypothèque comme levier de financement. Il y a différentes façons de faire, mais les deux méthodes les plus usuelles sont la marge hypothécaire et le refinancement d’hypothèque.

La marge hypothécaire est une solution flexible pour d’obtenir rapidement des fonds destinés à n’importe quel projet, y compris des rénovations. Comme pour la marge personnelle, les fonds sont disponibles tant qu’elle est active et les intérêts sont seulement calculés sur la portion utilisée.

Quant au refinancement hypothécaire, il s’agit d’utiliser l’équité de sa propriété (valeur actuelle de la propriété moins le solde hypothécaire) pour financer les travaux. Cette méthode vous permet de profiter d’un taux d’intérêt plus bas et d’amortir le montant à rembourser sur une plus longue période. Cette option est particulièrement intéressante si vous voulez emprunter pour rénover dans le but d’augmenter la valeur de votre propriété avant de la vendre.

Emprunter pour rénover lors de l’achat d’une propriété

Vous êtes sur le point d’acheter une maison qui a besoin d’un peu d’amour? Sachez qu’il est possible d’inclure l’emprunt pour les rénovations à même le prêt hypothécaire, mais à certaines conditions.

La plupart des institutions financières vous soumettront à un processus rigoureux : remise de soumissions et de plans et devis avant l’acceptation de la demande, remise des reçus finaux et inspection des travaux après leur réalisation. Il n’y a donc pas de place pour les imprévus!

La meilleure option de financement est celle qui tient compte de votre situation personnelle.

Toutes les grandes institutions financières offrent différents prêts pour les rénovations. Les appellations, les critères d’admissibilité, les taux d’intérêt et les modalités de paiement diffèrent d’un prêteur à l’autre. Devant l’étendue de l’offre, il peut être difficile de vous y retrouver et de choisir le produit le plus avantageux pour vous.

En connaissant bien votre situation personnelle ainsi que la multitude de produits de financement sur le marché, votre courtier hypothécaire peut vous être d’une grande utilité. Pensez à lui demander conseil avant d’emprunter pour rénover. C’est de loin votre meilleure option

, ,

3 critères qui feront vendre votre maison plus vite

Bien que le marché immobilier actuel favorise la vente rapide des propriétés, ce n’est pas toujours le cas. Les vendeurs doivent généralement user de stratégies afin de vendre leur maison plus vite et à meilleur prix.

Mais qu’est-ce qui fait en sorte qu’une propriété se vende plus rapidement qu’une autre?

#1: Une maison clé en main

À moins de vouloir acheter une maison pour la rénover de fond en comble, la plupart des acheteurs recherchent une maison clé en main. Ils veulent donc une propriété qui ne nécessite pas de gros travaux à réaliser à court et moyen terme.

Voici les principaux critères que recherchent les acheteurs potentiels :

  • Des aires de vie et des pièces principales (comme la cuisine ou la salle de bain) au goût du jour;
  • Un sous-sol aménagé;
  • Des pièces optimisées et fonctionnelles avec du rangement bien pensé;
  • Des appareils visant à réduire la consommation énergétique de la maison;
  • Une cour arrière bien aménagée et, idéalement, de bonnes dimensions.

Si vous pensez faire quelques travaux pour vendre votre maison plus vite, concentrez vos efforts sur les rénovations les plus payantes pour la revente.

De plus, assurez-vous que votre propriété passera haut la main l’inspection préachat!

#2: Un emplacement recherché

Même si vous n’avez aucun contrôle sur ce critère, sachez que la plupart des acheteurs potentiels accordent une grande importance à la situation géographique de la maison.

Une maison située dans un quartier offrant plusieurs commodités et services de proximité attirera des ménages qui souhaitent limiter leurs déplacements en voiture. Par ailleurs, d’autres acheteurs recherchent plutôt des espaces verts et de grandes cours ; ils préfèreront ainsi un secteur plus rural.

Près d’une bonne école, d’un aréna, d’un axe routier important, d’une grande ville ou d’un centre de ski : mettez de l’avant les avantages incontournables qu’offre l’emplacement de votre maison, quels qu’ils soient.

#3: L’accompagnement d’un courtier immobilier

Les services d’un bon courtier immobilier sont un atout indispensable pour vendre votre maison plus vite. Grâce à son réseau de contacts bien établis, il ciblera rapidement les acheteurs potentiels qui pourraient être intéressés par votre maison.

C’est aussi le professionnel tout indiqué pour définir les travaux à réaliser avant de vendre votre propriété. À l’affût du marché local, il saura mettre votre maison en valeur mieux que quiconque, un critère des plus importants pour vendre plus vite et à un meilleur prix.

, , ,

5 signes inquiétants lorsque vous visitez une maison à vendre

La visite des propriétés disponibles sur le marché est une étape bien excitante du processus d’achat d’une maison. C’est un moment emballant qui permet de vous projeter dans le futur.

Par contre, pour vous éviter bien des ennuis, vous devez rester à l’affût de certains signes inquiétants qui parlent d’eux-mêmes lorsque vous visitez une maison à vendre.

1. Un toit et un revêtement extérieur en mauvais état

À votre arrivée sur place, soyez attentif à l’état du toit et du revêtement extérieur, ainsi qu’à la présence de fissures sur les fondations. Ces éléments donnent généralement de bons indices sur l’état de la structure de la maison.

2. Des problèmes de drainage et de nivellement

Lorsque vous visitez une maison à vendre, observez l’extérieur pour déceler des dommages sur la fondation ou une accumulation d’eau suspecte sur le terrain près de la demeure. Prenez garde : il s’agit surement d’un mauvais drainage et de nivellement du terrain. À l’intérieur, des signes de ces problèmes peuvent aussi être remarqués, tels qu’une forte humidité perceptible au sous-sol.

3. La présence de moisissures ou d’une infiltration d’eau

Une simple inspection visuelle peut révéler d’importants problèmes de moisissures et d’infiltration d’eau. Portez une attention particulière à ces signes inquiétants : cernes d’eau sur les murs, gondolement ou écaillement de la peinture ou odeurs suspectes.

4. L’état des fenêtres

Lorsque vous visitez une maison à vendre, l’état des fenêtres est généralement un bon indicateur pour détecter rapidement un problème d’humidité ou de ventilation. Ainsi, une condensation importante qui se forme entre les vitres peut révéler un taux d’humidité trop élevé ou une mauvaise ventilation.

5. L’état des portes et des planchers

Si vous visitez une maison en vue d’en faire l’achat, prenez quelques instants pour vérifier si les portes extérieures et intérieures ouvrent et ferment adéquatement. Si ce n’est pas le cas, ou si vous remarquez que le plancher ne semble pas droit, il est possible que la propriété ait des problèmes structuraux.

Ne négligez pas l’inspection préachat!

Bien qu’elles vous donnent un portrait global de la situation, vos premières observations durant la visite d’une maison à vendre ne devraient pas remplacer l’expertise de professionnels reconnus.

Une inspection préachat en bonne et due forme par un inspecteur en bâtiment certifié demeure essentielle, surtout si la maison est vendue sans garantie légale. De plus, votre courtier immobilier pourra vous accompagner à tout moment en cas de problème pendant le processus d’achat de votre future maison.

, ,

Mise de fonds de 5%: est-ce assez pour acheter une maison?

Au Canada, le versement d’une mise de fonds minimum de 5% à 20% est nécessaire afin de contracter une hypothèque pour l’achat d’une propriété résidentielle. Ce montant est déduit du prix d’achat de la maison et le solde restant constituera l’hypothèque.

Selon les règles en vigueur, les mises de fonds minimums sont de :

  • 5%, si le prix d’achat est de 500 000 $ ou moins;
  • 5% pour la 1re tranche de 500 000$ et 10% pour le restant, si le prix d’achat se situe entre 500 000 $ et 999 999 $;
  • 20%, si le prix d’achat est d’un million de dollars et plus.

Qu’est-ce qui arrive si vous verser seulement la mise de fonds minimum?

Verser seulement la mise de fonds minimum prévue par la loi n’est pas toujours une bonne idée. En effet, si votre mise de fonds est inférieure à 20%, vous devrez obligatoirement souscrire à une assurance prêt hypothécaire. Il s’agit d’une protection pour le prêteur (la banque ou l’institution financière) en cas de défaut de paiement du propriétaire.

La prime varie actuellement entre 0,60 % et 4,50 % du montant de l’hypothèque et est inversement proportionnelle au montant versé en mise de fonds. Ainsi, plus cette dernière se rapproche du 20 %, moins la prime est élevée.

Il est possible d’ajouter le montant de la prime au montant du prêt hypothécaire — mais le taux d’intérêt en vigueur s’appliquera également pour cet ajout — ou de la payer en un seul versement. De plus, au Québec et dans quelques autres provinces, la taxe de vente provinciale s’applique sur la prime d’assurance prêt hypothécaire et ne peut pas être ajoutée au prêt hypothécaire.

Il est important de calculer tous ces frais additionnels dans le cout réel de votre acquisition.

Visez la mise de fonds maximale que vous pouvez vous permettre.

Dans un monde idéal, vous devriez verser une mise de fonds minimale de 20 % du prix d’achat de la propriété, et plus si vous le pouvez. Vous n’aurez pas à payer la prime d’assurance prêt hypothécaire, sans compter que vous économiserez des sommes importantes en frais d’intérêt au fil des ans.

Bien qu’il existe plusieurs façons d’amasser une mise de fonds, chaque situation est unique. Ainsi, l’idéal est de consulter un courtier hypothécaire. Il sera en mesure d’évaluer votre situation et de faire les calculs appropriés pour trouver la solution qui convient le mieux à votre profil.

, , ,

Quoi rénover pour vendre votre maison plus chère

Vendre une propriété demande plus que choisir le bon courtier immobilier et aller signer des papiers chez le notaire. C’est un processus rigoureux qui nécessite de la préparation, incluant parfois des travaux à réaliser.

Quels travaux sont réellement nécessaires à effectuer avant de planter la pancarte À vendre sur votre gazon? Quelles rénovations feront augmenter la valeur de votre propriété ? Voici une liste d’éléments à considérer si vous décidez de rénover pour vendre votre maison.

Comment déterminer les travaux à faire en vue de la vente de votre propriété ?

D’emblée, il faut savoir qu’une propriété au gout du jour, bien entretenue et ne nécessitant pas ou peu de travaux est généralement beaucoup plus attrayante pour les acheteurs potentiels. Si votre maison répond à ces critères, ils n’hésiteront pas à payer le prix demandé pour obtenir la propriété convoitée. C’est d’autant plus vrai lorsque c’est un marché à l’avantage des vendeurs, comme c’est le cas ces temps-ci.

Parfois, lorsque la maison est clé en main, les acheteurs sont même prêts à débourser un peu plus que ce qu’ils avaient budgété, car ils préfèrent n’avoir rien à faire à leur arrivée pour se sentir bien dans leur nouvelle demeure.

Bien sûr, certains préfèrent acheter une propriété qui a besoin d’amour afin de la rénover à leur goût, mais ça, c’est une autre histoire.

Dans l’optique où vous souhaitez que votre propriété fraîchement rénovée attire le regard des acheteurs potentiels, voici deux principes à retenir :

  1. Faites vos travaux en gardant à l’esprit les besoins et les gouts des futurs occupants, donc de la majorité des personnes, et non les vôtres, surtout si vous avez des gouts particuliers.
  2. Faites des rénovations qui correspondent à votre propriété, mais aussi à votre secteur. Si ce n’est pas le cas, vous pourriez avoir plus de difficulté à récupérer votre investissement, voire faire un profit. En effet, la valeur des maisons de vos voisins est prise en compte lors de l’évaluation de la valeur de votre propriété.

Les pièces et les espaces à privilégier si vous souhaitez rénover pour vendre

Voici quelques suggestions de projets, petits ou grands, qui feront augmenter le prix de vente de votre maison ou, à tout le moins, contribueront à la vendre plus rapidement.

1. La cuisine et la salle de bain

Ce sont les deux rénovations les plus payantes à faire avant de vendre votre maison. L’idée est de rendre ces espaces plus fonctionnels et les décorer pour qu’ils soient plus actuels. Il peut s’agir d’une transformation complète ou de petits travaux, comme peindre les murs, changer la quincaillerie et la robinetterie, selon leur état de votre cuisine et de votre salle de bain.

2. L’extérieur de votre maison

Il peut être payant de rénover un revêtement extérieur très usé, une toiture en mauvais état ou une clôture qui tombe en ruine. Après tout, l’extérieur de votre propriété est le premier aperçu qu’auront les acheteurs potentiels!

3. Les chambres et les autres pièces

Toutes les pièces de votre maison peuvent bénéficier d’un petit coup de pinceau ou d’un décor plus actuel pour faire bonne impression auprès des visiteurs.

La clé pour des rénovations payantes : s’entourer d’un courtier immobilier.

Les conseils inclus dans cet article ne s’appliquent peut-être pas tous à votre situation spécifique. Il n’y a pas de formule magique pour déterminer quoi rénover pour vendre votre maison plus chère. Différents facteurs circonstanciels influencent le retour sur investissement de rénovations lors de la vente d’une propriété.

Ainsi, si vous prévoyez vendre votre maison prochainement, il peut être judicieux de faire appel à un courtier immobilier tôt dans le processus. Il saura vous orienter vers les rénovations les plus payantes pour vendre votre propriété dans les meilleurs délais et au meilleur prix.

,

Comment choisir un courtier immobilier commercial

Le choix d’un local commercial ou industriel est crucial pour votre entreprise. En plus d’être l’épicentre de vos activités commerciales, votre parc immobilier représente un gros investissement qui peut avoir un impact majeur sur votre flux de trésorerie.

Pour que cette étape importante dans votre parcours entrepreneurial soit une réussite, vous devez être bien accompagné. Voici quelques conseils pour trouver le meilleur courtier immobilier commercial ou industriel pour votre situation.

Les différences entre le courtage immobilier résidentiel et commercial

Le travail du courtier résidentiel et celui du courtier commercial présentent plusieurs similitudes, telles que l’analyse du marché, le ciblage d’opportunités d’achat, de vente ou de location, ainsi que la fixation d’un prix juste et la négociation.

Toutefois, ils ont également des pratiques professionnelles quelque peu différentes :

  • Les courtiers immobiliers commerciaux ne sont pas tenus d’utiliser les formulaires obligatoires de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), même si certaines mentions sont nécessaires dans les documents
  • Il est plus facile d’annuler une promesse d’achat dans le cadre d’une transaction commerciale
  • La visite de l’immeuble n’est pas aussi importante que lors de l’achat d’une résidence
  • Les renseignements échangés entre les courtiers lors de la transaction entourant un immeuble commercial peuvent faire l’objet d’une entente de confidentialité
  • La façon de mettre en vente un immeuble commercial est différente d’un immeuble résidentiel.

Au final, peu importe le secteur immobilier, tous les courtiers sont soumis aux mêmes obligations déontologiques. Tout comme le courtage immobilier résidentiel, les transactions commerciales sont soumises à la Loi sur le courtage immobilier. Ainsi, les parties impliquées peuvent se tourner vers l’OACIQ en cas de problème.

L’accompagnement d’un courtier spécialisé dans le type d’immeuble visé vous permettra donc d’être en confiance tout au long de la transaction, de la recherche d’un emplacement commercial à la signature des documents officiels devant le notaire et à la prise de possession.

Quelques critères à retenir pour choisir le bon courtier immobilier commercial

Est-ce que le courtier commercial est reconnu et présent dans le secteur visé?

Le critère le plus important pour choisir un courtier commercial ou industriel est sa connaissance du secteur. L’emplacement de votre commerce, de votre entrepôt ou de votre usine aura un grand impact sur l’atteinte de vos objectifs. Assurez-vous de choisir un professionnel qui a de l’expérience à la fois dans votre type d’industrie et dans la ville ciblée.

La localisation de votre commerce doit aussi se faire en adéquation avec la règlementation en vigueur dans le quartier. Les courtiers immobiliers commerciaux sont bien au fait de ces informations cruciales qui peuvent avoir d’importantes répercussions sur vos activités.

Est-ce que le courtier détient les permis et les accréditations nécessaires?

Avant d’entreprendre quelque démarche que ce soit avec un courtier immobilier commercial, assurez-vous qu’il détient les permis et les accréditations nécessaires. En effet, pour vous accompagner dans la vente ou l’achat d’un immeuble commercial, le courtier doit posséder un permis spécifique à cette pratique délivré par l’OACIQ. Sachez que certains courtiers résidentiels qui possèdent un permis sans restriction peuvent participer aux transactions de nature commerciale.

Choisissez un partenaire d’affaires de confiance!

Voyez votre courtier immobilier commercial et industriel comme un partenaire d’affaires. Il s’agit d’un conseiller qui vous aidera à choisir un local selon vos objectifs d’affaires, et qui fera profiter votre entreprise. Par conséquent, choisissez un professionnel à l’écoute de vos besoins et en qui vous pouvez avoir confiance.

, ,

Qu’est-ce qu’un certificat de localisation et à quoi sert-il ?

La vente ou l’achat d’une maison, c’est bien plus qu’un échange de clés et d’argent. Il y a une multitude d’éléments à considérer et de documents légaux à compléter, à actualiser et à signer. Parmi ceux-ci se trouve le certificat de localisation.

Il s’agit d’un document essentiel à toute transaction immobilière, mais qui se voit parfois relégué aux oubliettes jusqu’à la toute fin du processus de vente. Voici ce que vous devriez savoir sur le certificat de localisation.

Qu’est-ce qu’un certificat de localisation ?

Comme l’explique l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec, « le certificat de localisation est un document à valeur légale qui fournit “l’état de santé” d’une propriété par rapport aux titres de propriété, au cadastre ainsi qu’aux lois et règlements pouvant l’affecter ».

Concrètement, ce document renseigne le propriétaire du terrain et les autorités sur différents éléments, dont :

  • Les servitudes ;
  • La description du terrain (et non ses limites, qui sont déterminées par piquetage ou bornage) ;
  • Les contraintes de zonage (zone inondable, zone agricole, etc.) ;
  • La conformité du terrain en vertu des règlements et des lois.

Au Québec, seulement les arpenteurs-géomètres peuvent produire des certificats de localisation.

Le rôle crucial du certificat de localisation dans une transaction immobilière

Le certificat de localisation contient de précieuses informations. Lors d’une transaction immobilière, il sert de garantie aux deux parties en déterminant que la propriété est conforme. La production de ce document peut aussi relever des irrégularités, desquelles le vendeur et l’acheteur doivent être mis au courant.

Pour ces raisons, il est prévu par la loi que le certificat de localisation le plus récent et, s’il y a lieu, ses versions antérieures disponibles, doivent faire partie des documents remis à l’acheteur par le vendeur.

Doit-on toujours faire produire un nouveau certificat de localisation pour vendre une propriété ?

Si votre certificat est récent et qu’aucun changement majeur concernant la propriété n’a eu lieu, la réponse est probablement non. Au contraire, si des ajouts ont été faits depuis le dernier certificat de localisation, vous devrez en faire produire un nouveau.

Même s’il n’y a pas de loi ou de règlement qui fixe la durée de vie d’un certificat de localisation, plusieurs intervenants dans les transactions immobilières, dont la Chambre des notaires du Québec et l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec, exigent que ce dernier ait moins de 10 ans, et ce, même si aucun ajout majeur (cabanon, piscine, garage, clôture, haie) n’a été fait depuis.

La raison est bien simple : même si rien n’a changé sur le terrain, il est possible que des changements dans les servitudes ou les zones à risque aient été faits.

Votre courtier immobilier connait bien la règlementation encadrant le certificat de localisation.

Vous en savez maintenant plus sur le certificat de localisation et son utilité lors de la vente ou de l’achat d’une propriété. Si vous avez d’autres questions à propos de ce document légal, votre courtier immobilier se fera un plaisir d’y répondre !

, , ,

Acheter une maison bigénérationnelle ou transformer votre propriété actuelle : quoi considérer ?

Depuis le début de la pandémie, de nombreuses familles ont maintenant comme projet de se réunir sous un même toit. Une maison bigénérationnelle, aussi appelée intergénérationnelle, s’impose alors de plus en plus comme un choix logique pour les enfants qui souhaitent avoir leurs parents vieillissants près d’eux, tout en conservant leur intimité. C’est aussi le cas pour les parents qui désirent offrir à leurs jeunes adultes un espace autonome à même leur résidence. Pour rappel, une maison bigénérationnelle se définit comme étant une maison unifamiliale qui possède un logement secondaire, lequel est obligatoirement occupé par des personnes ayant un lien de parenté ou d’alliance avec les propriétaires de l’habitation principale.

La vie en maison intergénérationnelle a ses avantages. Elle permet aux parties impliquées d’économiser sur les coûts de logement et certains frais reliés. Les personnes âgées peuvent, en étant près de leurs enfants, demeurer plus longtemps à domicile et éviter un déménagement dans une résidence pour aînés. De plus, tous les membres de la famille profitent de plus de temps ensemble dans un climat d’entraide et d’harmonie.

Même s’il peut sembler de prime abord bien simple, un tel projet exige bien de la préparation. D’abord, la recherche d’une maison intergénérationnelle qui vous convient sur le marché ou la transformation d’une maison unifamiliale traditionnelle en deux espaces distincts peut rapidement devenir toute une aventure. Mais avant de vous lancer, vous devez entreprendre des démarches sérieuses pour vous assurer que votre projet est conforme aux exigences des municipalités et sur le plan fiscal.

Voici quelques pistes de réflexion qui vous aideront à décider si vous devriez vendre votre résidence pour acheter une maison intergénérationnelle ou plutôt transformer votre propriété actuelle.

1. La réglementation municipale relativement aux maisons bigénérationnelles

Quel que soit votre projet de maison bigénérationnelle, la première étape est de vérifier les règlements municipaux applicables quant à ce type d’habitation. L’émission de permis de construction ou de rénovation étant de juridiction municipale, chaque localité applique des règles distinctes.

Par exemple, certaines villes permettent la présence de maisons bigénérationnelles seulement dans des secteurs précis, alors que d’autres les interdisent complètement. De surcroît, la définition d’une maison intergénérationnelle varie d’une municipalité à l’autre.

2. Les différents aspects fiscaux liés à la possession d’une maison bigénérationnelle

D’abord, vérifiez si votre projet de maison intergénérationnelle rend possible l’exemption de gain en capital sur la résidence principale. Certaines configurations d’espaces et certains montages budgétaires ne satisfont pas les critères définis par les autorités pour la réclamation de cet avantage fiscal. Par exemple, si l’enfant perçoit un loyer de ses parents qui habitent une aire indépendante, le logement pourrait alors être qualifié de propriété à revenus, ce qui ne permet pas de bénéficier de l’exemption.

Selon leur situation, les aînés peuvent avoir droit à de nombreux crédits d’impôt. Par contre, la façon dont le logement est conçu pourrait compromettre leur admissibilité à ces programmes.

Dans un cas comme dans l’autre, une rencontre avec un fiscaliste peut s’avérer un moyen judicieux de peser les avantages et les inconvénients de votre projet de maison bigénérationnelle.

3. Évaluer les coûts de l’achat ou de la rénovation d’une maison intergénérationnelle

Une maison bigénérationnelle coûte en moyenne près de 10 % de plus qu’une maison unifamiliale comparable. Dans le cas d’une transformation, la construction ou l’adaptation d’un logement pour le rendre conforme aux exigences municipales demande habituellement des travaux importants et un budget conséquent. Des aides financières du gouvernement provincial et des instances municipales peuvent être offertes pour des projets de ce type. Informez-vous !

Si vous pensez revendre la propriété dans quelques années, sachez que le processus de vente est généralement plus long qu’une maison unifamiliale.

Votre courtier immobilier, un précieux allié dans votre projet de maison bigénérationnelle

Quel projet agréable que de réunir toute votre famille sous un même toit dans une maison bigénérationnelle ! Pour vous assurer que votre rêve devient réalité sans vous ruiner, ne négligez pas la phase de la planification.

À chaque étape du projet, votre courtier immobilier peut vous aider à y voir plus clair. En effet, grâce à sa connaissance approfondie du marché immobilier, il est en mesure de vous aider à prendre la meilleure décision au regard de votre situation.

, , ,

Rénovation : les subventions disponibles

Une facture de rénovation peut grimper rapidement. Avant de lancer les travaux, vous avez tout intérêt à vérifier si vous avez accès à des subventions ainsi que les règles à suivre pour y avoir droit.

Pour vous aider dans vos démarches, nous avons rassemblé ici pour vous les principaux programmes d’aide offerts par les gouvernements.

Subvention canadienne pour des maisons plus vertes (fédéral) :

Travaux admissibles : Isolation, étanchéité, chauffage, énergies renouvelables, etc.

  • Jusqu’à 600 $ pour faire évaluer l’efficacité énergétique de votre maison;
  • Jusqu’à 5 000 $ pour effectuer les travaux.

Note importante : au Québec, il faut s’inscrire au programme Rénoclimat du gouvernement provincial pour avoir accès à cette subvention.

Pour en savoir plus.

Rénoclimat (gouvernement du Québec) :
Travaux admissibles : isolation, étanchéité, remplacement de portes et de fenêtres et installation ou remplacement de systèmes mécaniques (système de ventilation, chauffe-eau, thermopompe, système de chauffage et système géothermique).

  • Jusqu’à 20 000 $ pour le propriétaire d’une maison;
  • Jusqu’à 40 000 $ pour le propriétaire d’un duplex, d’un triplex ou d’un immeuble résidentiel à logements multiples.

Pour en savoir plus.

Chauffez vert (gouvernement du Québec) :

Ce programme subventionne le remplacement d’un système de chauffage au mazout ou au propane par un système alimenté par de l’énergie renouvelable.

  • L’aide financière varie selon le type d’habitation et elle peut être plus importante dans le cas des habitations multilogements;
  • Par exemple, pour une maison individuelle, l’aide peut atteindre 1 275 $ si elle est alimentée au mazout et 850 $ si c’est au propane.

Pour en savoir plus.

Thermopompes efficaces (Hydro-Québec) :

Le programme vise l’installation d’une thermopompe efficace par un client résidentiel d’Hydro-Québec. De multiples types d’habitations sont admissibles.

  • L’aide financière est de 50 $ par tranche de mille Btu de chauffage à -8 °C, jusqu’à un maximum de 1 000 $.

Pour en savoir plus.

Maison écolo (SCHL) :

Ce programme peut vous aider si vous achetez ou construisez une maison écoénergétique ou si vous rénovez un logement pour le rendre plus écoénergétique.

  • Jusqu’à 25 % du montant de la prime d’assurance hypothécaire de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

Pour en savoir plus.

Éconologis (gouvernement du Québec) :

Ce programme s’adresse aux familles à revenus modestes. Il permet de « profiter gratuitement de conseils personnalisés et de travaux légers pour améliorer le confort de son habitation et mieux gérer sa consommation d’énergie ». Vous pouvez aussi obtenir, dans certains cas, l’installation de thermostats électroniques.

Pour en savoir plus.

Subvention pour le gaz naturel (Énergir) :

Si vous songez à convertir votre vieux système de chauffage par un système au gaz naturel, vous pourriez profiter d’une aide financière ou d’un rabais d’Énergir (anciennement Gaz Métro).

Pour en savoir plus.

Novoclimat (gouvernement du Québec) :

Ce programme vise à encourager la construction de maisons hautement efficaces sur le plan énergétique.

  • Le premier propriétaire d’une maison neuve homologuée Novoclimat reçoit une aide financière de 2 000 $;
  • Si quelqu’un accède à la propriété pour la première fois, une aide financière additionnelle de 2 000 $ est également accordée, soit une aide totale de 4 000 $.

Pour en savoir plus.

RénoRégion (Société d’habitation du Québec) :

Si vous habitez en milieu rural et que votre demeure nécessite d’importants travaux pour réparer des défectuosités majeures, ce programme pourrait vous donner un coup de main. Il s’adresse aux familles à revenus faibles ou modestes.

  • Jusqu’à 95 % du coût reconnu pour la réalisation des travaux admissibles, pour un maximum de 12 000 $.

Pour en savoir plus.

Vérifiez auprès de votre municipalité

Des subventions additionnelles sont offertes pour la rénovation de maisons et d’immeubles résidentiels par certaines municipalités. Prenez le temps de vérifier auprès de votre ville pour savoir ce qui est offert.

Bonnes rénovations!

Source : blogue de Centris : https://www.centris.ca/fr/blogue/ecolo/renovation-les-subventions-disponibles?uc=1