, , , ,

État du marché immobilier 2022 : les nouvelles règles et lois

Le marché immobilier évolue constamment. Il est donc normal que les règles et les lois l’encadrant s’adaptent à sa nouvelle réalité.

Devant la situation actuelle, alors que le marché est plutôt difficile pour les acheteurs, les gouvernements provincial et fédéral ont proposé des mesures visant à mieux protéger ces derniers et faciliter l’accès à la propriété. Voici un tour d’horizon des principaux changements annoncés récemment.

La fin de la double représentation

En décembre 2021, le gouvernement du Québec a adopté une refonte de la Loi sur le courtage immobilier. Une mesure phare de ce projet consiste à mettre fin à la double représentation. Ainsi, dès le 10 juin 2022, un même courtier immobilier ne pourra plus représenter simultanément le vendeur d’un immeuble résidentiel et l’acheteur potentiel du même immeuble. Cette mesure vise à réduire l’effet de la surchauffe immobilière, mais surtout à mieux protéger les acheteurs dans le cadre d’une transaction et à éviter les conflits d’intérêts.

L’exigence d’un contrat écrit

Une autre mesure incluse dans la refonte de la Loi sur le courtage immobilier consiste à exiger des courtiers immobiliers qu’ils établissent un contrat écrit avec les acheteurs qu’ils représentent. L’obligation d’une transaction officielle protège l’acheteur et fait en sorte que le courtier reçoit la rémunération prévue.

L’encadrement de l’inspection en bâtiment

Le marché immobilier actuel favorisant les vendeurs, un grand nombre de ventes ont dernièrement été conclues sans inspection au préalable. Cette pratique met les acheteurs à risque. Ainsi, dans le but de bien informer les acheteurs, les formulaires qui leur seront remis par les courtiers immobiliers comprendront dorénavant une mise en garde les renseignant qu’une promesse d’achat déposée sans clause d’inspection n’est pas appropriée, sauf dans certains cas spécifiques.

Le CELIAPP : un nouveau compte d’épargne libre d’impôt destiné à l’achat d’une première propriété

Dans son budget déposé le 7 avril 2022, le gouvernement du Canada a présenté une nouvelle mesure afin d’inciter les Canadiens et Canadiennes à épargner en vue de l’achat d’une première maison. Avec les prix élevés du marché immobilier actuel, plusieurs ménages peinent à obtenir les sommes nécessaires pour une mise de fonds. Le CELIAPP est un compte qui allie les avantages du REER et du CELI, c’est-à-dire que les cotisations sont déductibles, le revenu gagné dans le CELIAPP n’est pas assujetti à l’impôt et les retraits ne sont pas imposables, à la condition qu’ils soient effectués dans le but d’acheter une première propriété.

Par contre, il y a un maximum annuel de cotisation (8 000 $) sans pouvoir accumuler les cotisations inutilisées d’une année à l’autre. Un maximum de 40 000 $ pourra être placé dans ce compte. De plus, avec le CELIAPP, il ne sera pas possible d’utiliser le régime d’accession à la propriété (RAP).

Une nouvelle règle à propos de la revente précipitée d’un bien immobilier résidentiel

Les flips sont à la mode depuis plusieurs années et leur engouement ne dérougit pas, même dans le marché immobilier actuel. Dans cette optique, le gouvernement fédéral souhaite que les particuliers impliqués dans de telles démarches déclarent justement les revenus qu’ils tirent de leur activité. Ainsi, cette nouvelle règle vise à assujettir les profits de la vente d’un immeuble résidentiel détenu depuis moins de 12 mois à la même règle que l’imposition des revenus d’entreprise, sans l’exemption pour résidence principale.

L’augmentation du montant admissible du crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation

Le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation sera bonifié : le montant d’acompte maximum, qui était alors de 5 000 $, passe à 10 000 $ et permettra d’atteindre un crédit d’impôt allant jusqu’à 1 500 $.

Le crédit d’impôt pour la rénovation d’habitations multigénérationnelles

Cette mesure, qui prendra effet en 2023, n’est pas directement liée au marché immobilier actuel, car elle s’applique seulement aux logements existants. Toutefois, elle permettra aux familles de recevoir un crédit d’impôt de 15 % sur un maximum de 50 000 $ de dépenses de rénovation admissibles pour aménager des espaces afin de transformer une propriété en maison bigénérationnelle.

Demeurez à l’affût des nouveautés immobilières grâce à votre courtier.

Même si l’achat ou la vente d’une maison est d’abord et avant tout une transaction matérielle, il ne faut pas oublier qu’il y a des lois, des règlements et des règles fiscales qui l’entourent. Ces dernières sont

naturellement appelées à évoluer en fonction de l’état du marché immobilier. Pour être à l’affût de ces changements, une bonne collaboration avec un courtier immobilier est tout indiquée pour vous assurer une transaction immobilière réussie.

, ,

Quel est l’état de l’immobilier commercial depuis la pandémie?

Après deux années remplies de chamboulements en raison de la pandémie, la vie normale reprend tranquillement son cours. Mais qu’en est-il de l’immobilier commercial?  

Les entreprises ont subi de nombreux soubresauts au cours des derniers mois. Voici les principaux changements qui se sont opérés dans le secteur de l’immobilier commercial depuis la pandémie, ainsi que les perspectives d’avenir.  

Des bouleversements dans tout le secteur de l’immobilier commercial depuis le début de la pandémie 

Depuis mars 2020, les entreprises œuvrant dans différents secteurs d’activité ont eu à composer avec plusieurs confinements décrétés par les autorités afin d’enrayer la propagation de la COVID-19. Concrètement, ces fermetures ont entraîné une baisse des revenus pour les commerçants et, par conséquent, une difficulté à assurer leurs frais et leurs dépenses, notamment le paiement de leur loyer. Cette situation a aussi impacté les propriétaires d’immeubles commerciaux, dont plusieurs ont dû se rabattre sur des aides d’urgence gouvernementales.   

Le télétravail obligatoire a aussi entraîné la désertion de la majorité des immeubles de bureaux, privant de ce fait les commerçants et les restaurateurs du secteur de leur clientèle habituelle.   

Vraiment, les entrepreneurs et les propriétaires d’immeubles commerciaux ont subi leur lot d’épreuves depuis la pandémie! En revanche, même si le secteur de l’immobilier commercial demeurera transformé, l’avenir s’annonce plus radieux avec les perspectives intéressantes formulées par des experts du domaine. 

Des perspectives intéressantes pour l’immobilier commercial après la pandémie 

Dans plusieurs domaines, les experts s’entendent pour dire que le monde tel que nous le connaissions avant la pandémie ne sera plus d’actualité. En effet, plusieurs transformations amorcées durant ces deux dernières années sont là pour de bon. Et les immeubles commerciaux auront un grand rôle à jouer dans cette transition.  

Prenons, par exemple, les immeubles de bureaux. Avant la pandémie, la tendance était aux espaces plus compacts et denses. Maintenant, à cause de la distanciation physique, le besoin en espace pourrait s’accroitre, malgré le télétravail qui sera encore bien présent dans plusieurs entreprises.  

Les grands changements dans ce secteur pourraient se répercuter de deux façons : par des espaces commerciaux offrant des conditions de location plus flexibles pour permettre aux entreprises de s’ajuster plus rapidement et par des locaux situés à l’extérieur des grands centres, dans les banlieues plus près du domicile des employés qui, depuis le télétravail, sont moins enclins à perdre d’innombrables heures de transport.  

Le commerce de détail a également connu de grands bouleversements durant la pandémie. Ce secteur est appelé à se transformer en raison de la popularité grandissante du commerce en ligne. C’est une transformation qui était déjà enclenchée avant la pandémie, mais qui a pris de l’ampleur avec les restrictions et les fermetures des deux dernières années.   

Au lieu d’une boutique ayant pignon sur rue, les entreprises se tourneront sans doute vers des espaces destinés à l’entreposage de leurs marchandises ainsi qu’à la gestion et à l’expédition de leurs commandes. Maintenant, leur défi n’est plus nécessairement d’avoir le meilleur emplacement pour leur boutique, mais de pouvoir compter sur des centres de distribution de qualité et à proximité de leur clientèle pour acheminer leurs produits rapidement.  

Avec toutes ses transformations, plusieurs types d’espaces commerciaux devront trouver une nouvelle vocation pour mieux répondre aux besoins des entreprises locataires.  

Tirez le meilleur de l’immobilier commercial post-pandémie grâce à votre courtier 

Malgré les nombreux changements annoncés dans le secteur de l’immobilier commercial post-pandémie, il s’agit tout de même d’un bon moment pour investir dans un immeuble ou pour trouver des locaux mieux adaptés à vos besoins.  

L’important est de choisir un espace qui pourra s’adapter à l’évolution de vos activités commerciales. Pour ce faire, faites-vous accompagner par un courtier immobilier spécialisé dans le secteur commercial. Avec ses connaissances du domaine et en adéquation avec vos exigences, il saura trouver l’endroit idéal pour assurer la prospérité de votre entreprise. 

, , , ,

5 principes de base pour investir en immobilier

L’engouement actuel pour l’immobilier ne dérougit pas. De plus en plus de personnes souhaitent investir en immobilier et avoir leur part du gâteau. Or, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Pour réussir dans ce domaine complexe, les investisseurs en devenir doivent posséder les connaissances nécessaires pour bien démarrer leur projet et rentabiliser leurs acquisitions.

Voici 5 principes de base pour vous guider dans la grande aventure qu’est l’investissement immobilier.

1. Investir en immobilier en fonction de sa situation

L’investissement immobilier peut convenir à plusieurs types de personnes visant différents objectifs, tels qu’un profit rapide, un fonds pour la retraite, le développement d’une entreprise ou des revenus passifs.

C’est la situation personnelle de chacun qui détermine la meilleure approche pour y arriver. Certains facteurs influencent nécessairement votre stratégie d’investissement immobilier. Par exemple :

  • Votre âge
  • Vos liquidités disponibles
  • Vos revenus
  • Votre santé financière (particulièrement votre cote de crédit)
  • Votre personnalité et vos aptitudes

Malgré votre ambition, ces éléments peuvent avoir un impact non négligeable sur la faisabilité et la rentabilité de votre projet. Il est donc important de les considérer lors de votre réflexion initiale.

2. Choisir un type d’habitation et s’y tenir

Unités locatives à court terme, plex, locaux commerciaux, terrains, résidences pour personnes âgées : il existe une multitude de biens immobiliers qui peuvent servir à faire vos premières armes dans l’investissement immobilier.

Toutefois, il est important de choisir un créneau spécifique et de s’y consacrer, du moins au début de votre carrière d’investisseur. De cette façon, vous acquerrez plus rapidement les compétences et les connaissances nécessaires pour réussir avec le type de bâtiments choisi. Perfectionnez d’abord vos compétences pour bien saisir les opportunités et administrer vos premiers immeubles efficacement. Au fil du temps, vous pourrez diversifier votre parc immobilier avec plus de confiance, si cela convient à votre stratégie d’investissement.

Les personnes qui veulent investir dans l’immobilier commencent, pour la plupart, avec l’achat d’un petit multilogement, allant d’un duplex à un bloc de 8 appartements. Leur acquisition est relativement simple : ils sont généralement nombreux sur le marché et accessibles à des prix intéressants, surtout hors des grands centres urbains.

3. Bien connaître le secteur où l’on veut investir

Chaque ville, chaque quartier, chaque secteur possède ses spécificités, incluant la valeur des immeubles, le type de clientèle et les attraits qu’on y retrouve. Pour investir de manière judicieuse, il est important de bien choisir l’emplacement de vos actifs immobiliers. Par exemple, un secteur donné pourrait contenir des édifices plus abordables, mais un autre affichant des prix plus élevés pourrait vous rapporter davantage au bout du compte.

Pour vous y retrouver, rien de mieux que de choisir un courtier immobilier qui connaît bien les particularités du secteur où vous souhaitez acquérir un immeuble. Il pourra vous dresser un portrait du quartier en question et voir s’il convient à votre situation.

4. Déterminer sa stratégie d’investissement

Avant d’investir en immobilier, vous devez déterminer votre objectif et votre stratégie d’investissement.

Souhaitez-vous un investissement à court terme ? Le flip pourrait être une bonne option. Il consiste à acheter une propriété qui nécessite quelques rénovations, à la revamper au goût du marché et à la revendre rapidement clé en main, à profit.

Vous pourriez aussi développer une stratégie d’investissement à long terme, qui vous permettrait d’empocher un profit beaucoup plus important, mais après 10, 20 ou 30 ans.

Bref, il n’y a pas qu’une bonne façon d’investir en immobilier. Il suffit de trouver celle qui convient le mieux à votre profil d’investisseur. Par la suite, vous pourrez établir votre budget et trouver les leviers de financement possibles pour votre projet d’investissement. Même si la mise de fonds reste le meilleur moyen pour accéder à la propriété, il existe d’autres options pour acquérir des immeubles à revenus.

5. Bien s’entourer

Peu importe le domaine, les entrepreneurs qui réussissent le mieux sont ceux qui savent s’entourer des bonnes personnes. Et l’immobilier ne fait pas exception à la règle ! Ainsi, que vous possédiez un ou plusieurs bâtiments, pensez à vous constituer une équipe de professionnels multidisciplinaires qui pourront vous appuyer dans vos opérations courantes : courtier immobilier, partenaire d’affaires, entrepreneur en construction, conseiller financier, comptable, fiscaliste, avocat, notaire. En affaires, c’est toujours gagnant d’avoir un carnet d’adresses bien garni.

En terminant, rappelez-vous que devenir un investisseur immobilier à succès demande des compétences variées qui s’acquièrent avec l’expérience. Grand connaisseur et passionné du domaine, votre courtier immobilier commercial vous accompagnera avec plaisir au cours de votre processus d’apprentissage.

Bon investissement!

, , , ,

3 trucs pour gagner une offre d’achat multiple

Vous avez enfin trouvé la résidence de vos rêves. Vous vous voyez déjà y vivre le parfait bonheur. Vous présentez une promesse d’achat sans hésiter… tout comme 2 autres acheteurs potentiels !

Vous vous retrouvez donc en situation d’offres d’achat multiples. C’est une réalité de plus en plus fréquente pour les ménages à la recherche d’une maison unifamiliale en bon état dans un secteur recherché.

Le marché immobilier obéit à la loi impitoyable de l’offre et la demande. Actuellement, le nombre de résidences à vendre est plus faible que le nombre d’acheteurs potentiels. Résultat ? Les propriétés s’envolent vite, tout comme leur prix !

Quelle stratégie devriez-vous adopter afin de gagner une offre d’achat multiple ?

Petite parenthèse sur la Loi du courtage immobilier

Les courtiers immobiliers du Québec sont soumis à la Loi sur le courtage immobilier et, par le fait même, à son Règlement sur les conditions d’exercice d’une opération de courtage, sur la déontologie des courtiers et sur la publicité.

Sans entrer dans les détails, ce règlement exige notamment que les courtiers immobiliers présentent toutes les promesses d’achat au vendeur avec transparence et équité, en plus d’assurer la confidentialité de leur contenu aux autres acheteurs potentiels. Si le courtier du vendeur lui présente également une offre d’achat d’un autre de ses clients, il doit le conseiller en faisant preuve de beaucoup d’intégrité pour ne pas contrevenir à ce règlement. Comme expliqué dans cet article détaillé de l’OACIQ, il ne doit en aucun cas favoriser ses propres intérêts plutôt que ceux de son client.

Cela signifie entre autres que si vous êtes en situation de promesses d’achat multiples, vous saurez combien d’offres auront été présentées, mais vous ne pourrez pas être informé de leur contenu.

Pour remporter une promesse d’achat multiple, le mieux est donc de présenter d’emblée la meilleure offre possible. Même s’il ne peut vous informer du montant et des conditions proposés par les autres intéressés, votre courtier demeure le mieux placé pour vous conseiller dans l’optimisation de votre promesse d’achat.

Voici 3 trucs pour vous démarquer parmi les autres acheteurs potentiels.

Le vendeur n’est pas dans l’obligation d’accepter l’offre la plus élevée ni même aucune d’entre elles. Il est tout à fait libre de fixer lui-même ses propres critères décisionnels.

Bien que chaque contexte de vente soit différent, ces 3 stratégies vous aideront à mettre les chances de votre côté.

1. Offrez votre prix maximal dès le départ.

Le montant de votre offre d’achat est sans contredit un élément important pour faire pencher la balance en votre faveur. Le temps n’est pas à la négociation à la baisse et offrir le prix demandé pourrait même être insuffisant. Fixez le prix le plus élevé que vous êtes prêt à débourser, en tenant compte de votre budget, du marché et, bien sûr, des conseils avisés de votre courtier immobilier.

2. Présentez les meilleures conditions d’achat.

La souplesse de vos conditions de vente peut également être décisive pour le vendeur, surtout s’il veut régler la transaction rapidement. Une date d’achat proche et un délai d’occupation court joueront en votre faveur, tout comme l’obtention d’une préapprobation hypothécaire, qui démontrera que vous êtes un acheteur sérieux.

Une stratégie plus risquée consiste à refuser l’inspection préachat pour simplifier le processus d’achat : ce n’est généralement pas une bonne idée ! Parlez-en à votre courtier avant de prendre une telle décision.

3. Ne négligez pas le facteur émotionnel.

La décision de l’acheteur peut aussi se baser sur des raisons plus subjectives. Ceux qui accordent une grande valeur sentimentale à leur propriété favorisent parfois les acheteurs qu’ils imaginent le mieux profiter de leur ancienne maison. N’hésitez pas à joindre une lettre de présentation à votre offre d’achat qui explique pourquoi vous aimeriez y vivre. Parlez de vos projets de vie et de quelques coups de cœur que vous avez eus lors de votre visite.

Ce n’est pas futile ! Certaines familles gagnent leur offre d’achat après avoir attendri le vendeur en lui présentant une belle photo touchante de leurs enfants…

Le mot de la fin

Vivre une situation d’offres d’achat multiples peut être une expérience stressante. Vous devez prendre des décisions rapides, tout en respectant votre budget et vos critères de sélection.

Notre truc ultime ? Faites-vous accompagner par un courtier immobilier à l’écoute de vos besoins. Il vous aidera à prendre les meilleures décisions selon votre situation personnelle. Vous n’aurez ainsi aucun regret, que vous remportiez ou non votre offre d’achat.