Comment améliorer son aménagement paysager pour mieux vendre ?

Comment améliorer son aménagement paysager pour mieux vendre ?

Il n’y a pas de recette miracle pour vendre rapidement une maison, mais il y a assurément certains ingrédients qui, mis ensemble, mettent les chances de votre côté. Parmi ces composantes, un aménagement paysager soigné peut certainement faciliter la vente de votre maison.

C’est pourquoi il peut être intéressant de procéder, avant la mise en vente de votre propriété, à quelques travaux dans la cour, question d’améliorer son apparence et d’augmenter l’intérêt des acheteurs potentiels!

Quel est l’impact de l’aménagement paysager sur la valeur de revente d’une propriété ?

Oui, un aménagement paysager au goût du jour peut faire augmenter la valeur de revente de votre propriété. Certains experts avancent même une hausse de 15 à 20 %.

Par contre, sachez que ces travaux n’ont généralement pas le même impact qu’une cuisine ou une salle de bain actualisée ou que des rénovations majeures comme le changement de la toiture ou des fenêtres.

La meilleure stratégie consiste donc à avoir une cour en ordre et attrayante, qui expose bien les possibilités d’aménagements futurs.

Les petites améliorations qui font une grande différence

La première étape pour améliorer votre cour est de voir à ce qu’elle soit propre et en ordre. Assurez-vous que les surfaces sont bien nettoyées, qu’il n’y a pas de pousses indésirables entre les dalles, que la haie est bien taillée et que la peinture des terrasses et des clôtures est dans un bon état. Déjà, ces petits travaux d’entretien aideront votre maison à faire une bonne première impression.

Ensuite, un gazon bien entretenu est toujours apprécié par les futurs acheteurs. Ainsi, veillez à ce qu’il soit bien fourni en ajoutant de l’engrais aux bons moments durant la saison, en ensemençant le terrain au besoin ou en effectuant les traitements appropriés.

Si vous souhaitez faire seulement de petits travaux pour améliorer votre aménagement paysager, pensez à planter un arbre ou à installer un système d’éclairage. Ces ajouts sont habituellement très appréciés.

Les projets d’aménagement paysager qui augmentent la valeur de revente de votre maison

Si vous prévoyez vous lancer dans de grands travaux à l’extérieur avant de mettre votre propriété sur le marché, voici quelques idées d’aménagements paysagers qui rendront votre maison plus attrayante et augmenteront potentiellement sa valeur de revente.

Parmi les aménagements extérieurs les plus populaires auprès des futurs acheteurs est la présence d’un espace de vie extérieur qui donne l’impression d’être le prolongement de l’intérieur de la maison. En effet, depuis quelques années, ces espaces qui inspirent « l’art de vivre à l’extérieur » sont très tendance. Les cuisines extérieures n’ont jamais été aussi en demande. Même s’il peut représenter d’une grande dépense, ce type d’aménagement propose un bon retour sur investissement.

Si vous possédez déjà une piscine, elle peut être un atout dans la mise en marché de votre propriété. Par contre, selon plusieurs professionnels, l’installation d’une piscine simplement dans le but de vendre plus vite et plus cher une maison n’est pas un bon investissement.

Les aménagements extérieurs réalisés en marge d’un processus de vente doivent aussi tenir compte des besoins et du mode de vie des acheteurs potentiels. Une cour qui demande beaucoup d’entretien, notamment avec de grandes platebandes à fleurir et à désherber régulièrement, ne conviendra peut-être pas à une jeune famille active, alors qu’elle fera certainement le bonheur d’un couple passionné d’horticulture.

À retenir avant d’entamer des travaux extérieurs pour mieux vendre votre maison.

Le terrain est la première chose que les acheteurs potentiels voient de votre maison, parfois même avant de contacter le courtier immobilier pour réserver une visite. Votre aménagement paysager doit donc être au mieux de sa condition pour leur donner le goût d’y passer du temps de qualité.

Vous ne savez toujours pas quelles améliorations vous devriez apporter à votre cour pour mieux vendre votre maison? Discutez-en avec votre courtier immobilier. Après tout, c’est lui l’expert de la mise en marché immobilière !

Qu’est-ce qu’un prêteur privé et quels avantages offre-t-il ?

Qu’est-ce qu’un prêteur privé et quels avantages offre-t-il?

Saviez-vous que contracter un prêt hypothécaire auprès d’une institution financière n’est pas la seule façon de financer l’achat d’une maison ? Il existe une autre voie qu’il vaut la peine de considérer, surtout pour les personnes qui ont un accès plus difficile au crédit et au financement traditionnels. En effet, faire affaire avec un prêteur privé peut représenter une option intéressante pour accéder à la propriété, du moins à court terme.

Mais comment fonctionne le mode de financement offert par les prêteurs privés ? Est-ce sécuritaire ? Voici quelques réponses qui vous donneront un meilleur éclairage sur le financement d’une propriété avec un prêteur privé.

En quoi le prêteur privé est-il différent des institutions financières ?

Un prêteur privé est un investisseur — il peut s’agir d’un particulier ou d’une entreprise — qui souhaite mettre ses liquidités à la disposition d’un emprunteur dans le but, à terme, de faire fructifier son argent en obtenant un rendement sur le prêt octroyé. Ainsi, cet investisseur ne passe pas par les banques ou les marchés traditionnels pour placer son argent.

Un prêt privé peut s’appliquer à différentes situations, pas seulement à l’immobilier résidentiel. Il s’agit d’une pratique plus courante dans le domaine commercial et industriel.

Comment fonctionne le prêt privé ?

À la base, un prêt privé fonctionne de la même façon qu’un prêt octroyé par une institution financière : l’emprunteur rembourse le prêt et les intérêts selon les dispositions établies dans un contrat. En outre, le prêteur privé considère lui aussi le ratio d’endettement de l’emprunteur.

Le prêt privé exige qu’une équité (ou une valeur nette) soit disponible sur le bien concerné par la transaction, c’est-à-dire que la valeur marchande de l’immeuble doit être plus élevée que le montant du prêt. Une mise de fonds pourrait tout de même être nécessaire, mais cette dernière n’est pas tenue de respecter les règles dictées par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Le prêt privé est sécuritaire : il s’agit d’un contrat légal et notarié.

Quels sont les avantages de faire affaire avec un prêteur privé ?

Bien que le prêteur privé consente des prêts à des taux plus élevés que ceux des institutions financières, ce type de financement peut se révéler avantageux pour vous, selon votre situation.

D’abord, le prêt privé peut vous permettre de devenir propriétaire même si vous avez des difficultés à vous qualifier auprès des institutions financières. Il peut également vous aider à améliorer votre crédit, à la condition que vous respectiez les paiements et les engagements convenus au contrat.

Même si le recours à un prêt privé peut sembler intimidant, c’est un type de financement tout à fait légal et sécuritaire, puisque le contrat est notarié. Il suffit de bien s’informer si cette option convient à votre situation personnelle.

Soyez prêt pour la prise de photos immobilières de votre maison !

Dès que vous confiez le mandat de vendre votre maison à un courtier immobilier, ce dernier met tout en œuvre pour qu’elle soit vue par les acheteurs potentiels. Son objectif est qu’elle se démarque des autres maisons disponibles dans votre secteur.

La prise de photos immobilières de votre maison sert à la faire voir sous ses meilleurs angles sur les différentes plateformes de vente. Certains courtiers proposent même des prises de vue vidéo, question d’offrir une visite virtuelle aux acheteurs potentiels.

En tant que vendeur, comment pouvez-vous vous préparer à cet exercice nécessaire ? Voici quelques conseils pour mettre votre maison sur son 31 en vue de la venue d’un photographe immobilier professionnel.

Comment choisir le bon photographe pour la prise de photos immobilières ?

Le premier conseil pour bien se préparer à la prise des photos de votre propriété est de faire appel à un photographe spécialisé en immobilier. Ces professionnels connaissent bien les techniques et les outils pour bien photographier chaque pièce de la maison et mettre en valeur chaque espace. Par exemple, de nombreux photographes utilisent un appareil de qualité professionnelle avec un objectif grand-angle pour capter le plus d’éléments possible et rendre la pièce plus spacieuse.

Habituellement, les courtiers immobiliers s’entourent de photographes et de vidéastes professionnels spécialisés pour réaliser les meilleures prises de vues possible pour votre propriété. Ainsi, sa mise en marché sera certainement plus facile et plus rapide.

Les actions essentielles en vue d’une prise de photos immobilières professionnelles

1. Nettoyer, ranger, désencombrer et dépersonnaliser la maison
La première action à accomplir en vue de la prise de photographies est de ranger et de nettoyer la maison. Il est conseillé de conserver seulement le strict minimum dans les différentes pièces pour leur donner un effet de grandeur, mais surtout permettre aux futurs acheteurs de se projeter dans l’espace. Il s’agit ici du concept de désencombrement, qui consiste à enlever tout ce qui n’est pas important afin de montrer, au travers les photos, le potentiel de chaque espace.

Aussi, comme les photos seront partagées sur le Web, les réseaux sociaux et les plateformes de courtage, il est recommandé de retirer le plus possible les objets (photos, documents) qui pourraient facilement vous identifier. De toute façon, la dépersonnalisation des espaces est un incontournable durant tout le processus de vente.

Même si la photographie immobilière consiste surtout à faire des prises de vues d’ensemble, il est possible que le photographe ou le courtier veuille mettre de l’avant certains détails, comme certaines matières ou textures. Il faut donc être prêt à toute éventualité.

2. Maximiser l’éclairage
Un éclairage optimal est la clé pour des photographies immobilières bien réussies. Même si le photographe peut fournir un éclairage d’appoint, il est important de vérifier que les lumières de chaque pièce fonctionnent bien.

Pour un bon éclairage sur les photos, il est important d’allumer les lumières et de favoriser au maximum l’éclairage naturel. La combinaison de ces deux types d’éclairage permet d’obtenir un équilibre qui donne l’impression d’une pièce vivante.

3. Ajouter de la chaleur aux pièces
Après avoir désencombré votre maison, vous vous retrouvez devant une pièce vide, peu meublée ou avec une ambiance plutôt froide ? Ajoutez-y quelques éléments de mobilier, sans la surcharger, et des accessoires avec parcimonie pour donner de la vie à l’espace. Un bouquet de fleurs, une table bien dressée, des bougies sont quelques exemples d’objets qui contribuent à la création d’ambiance.

L’extérieur, un espace à ne pas négliger pour la prise de photos immobilières

Si, généralement, les photos immobilières se concentrent davantage sur l’intérieur de la propriété, il ne faut pas négliger l’extérieur. Au contraire ! Il faut lui accorder la même attention, voir davantage.

Ainsi, pensez à mettre la cour en ordre et à ne rien laisser traîner. Un ménage des platebandes pour éliminer les végétaux morts et les mauvaises herbes est essentiel. Que ce soit pour les visites ou pour la prise de photos, le nettoyage des surfaces de pierre, de béton ou de bois avec une laveuse à pression est une bonne idée. N’oubliez pas de retirer les pousses au travers des dalles et de passer la tondeuse.

Également, si vous prévoyez mettre votre propriété en vente durant l’hiver, pensez à l’avance à faire prendre quelques photos de votre aménagement extérieur pendant l’été. Les acheteurs potentiels auront une meilleure idée de la configuration de l’espace.

On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression.

La prise de photos immobilières peut paraître simple, mais il s’agit d’une étape très importante dans le processus de vente d’une maison. C’est le premier contact que les acheteurs potentiels auront avec votre propriété ! C’est pourquoi il est nécessaire de prendre le temps de mettre votre résidence en ordre, de l’épurer et de la rendre attrayante aux yeux des visiteurs.

Comment fixer le loyer de vos logements et de vos espaces commerciaux ?

S’il y a un point en commun entre tous les propriétaires de logements et de bâtiments commerciaux, c’est certainement l’objectif d’engendrer un maximum de profit et de rentabiliser leur investissement, et ce, en engageant le moins de dépenses possible.  

Pour ce faire, vous devez fixer le loyer de vos logements et de vos espaces commerciaux avec doigté. C’est une étape qui peut soulever bien des questions, surtout dans un contexte de bouleversements immobiliers et économiques 

Voici quelques pistes pour orienter vos démarches et vous aider à établir le bon prix pour vos loyers commerciaux.  

Fixer le loyer d’un logement résidentiel  

Au Québec, même si plusieurs règles encadrent la fixation des loyers, notamment en ce qui a trait aux hausses annuelles du prix d’un logement, il n’est pas toujours évident de déterminer le juste prix.  

Bien sûr, le montant établi suit généralement la tendance observée dans le secteur. Cependant, d’autres facteurs doivent aussi être considérés :  

  • La dimension du logement et le nombre de pièces ;  
  • La qualité des espaces (Est-ce que l’appartement a fait l’objet de travaux récents ? Est-il bien entretenu ? Est-il bien isolé ?) ; 
  • L’inclusion d’appareils ou de meubles au bail (électroménagers, climatiseur, etc.) ; 
  • La présence d’un ou de plusieurs stationnements ; 
  • Etc.  

Si, malgré tout, vous avez de la difficulté à déterminer le loyer pour vos appartements, sachez qu’un outil de calcul est disponible sur le site du Tribunal administratif du logement. Même s’il s’agit d’un document d’abord utilisé comme outil de médiation, il est possible de s’en servir en guise de référence. 

Comment bien fixer le loyer d’un espace commercial ?  

Il faut savoir que les baux commerciaux sont moins réglementés que les baux résidentiels, ce qui laisse généralement plus de lassitude aux propriétaires. Dans ce cas, c’est davantage le marché qui régule le prix des loyers dans un secteur donné.  

Évidemment, quelques éléments peuvent servir de référence pour établir le prix d’un loyer commercial :  

  • Les caractéristiques du local ; 
  • Les prix affichés dans le voisinage ; 
  • Le type d’activités commerciales ; 
  • Etc.  

De plus, les travaux d’entretien et les frais d’aménagement sont souvent aux frais du locataire ou ils peuvent être inclus dans le bail. Le type d’activités exercées peut aussi avoir une incidence sur le prix. Par exemple, la demande pour des locaux industriels est très forte dans les grandes villes canadiennes, ce qui fait augmenter leur loyer.  

Il n’y a pas de formule magique pour fixer le loyer d’un logement ou d’un espace commercial ! 

La fixation des prix d’un loyer commercial n’est pas une science exacte, loin de là. Il en est de même plusieurs aspects du monde des affaires ! Par contre, il existe de nombreux outils pour en arriver au meilleur résultat possible, dont une bonne connaissance du marché.  

N’hésitez pas à discuter de votre projet avec un courtier spécialisé en immobilier commercial. Son expertise vous sera d’une grande aide ! 

Tout savoir sur l’autoconstruction de sa maison

Tout savoir sur l’autoconstruction de sa maison !

L’idée de construire vous-mêmes votre maison sur le terrain que vous avez soigneusement choisi vous enchante énormément ? Pour vous, l’autoconstruction est la meilleure façon d’avoir une propriété qui vous ressemble ?

Voici un aperçu de ce qui vous attend si vous décidez d’être l’entrepreneur en construction de votre future maison.

Qu’est-ce qu’une autoconstruction ?

Avant d’aborder les avantages et les caractéristiques de l’autoconstruction, il est important de bien comprendre ce que c’est réellement. Il s’agit d’un projet de construction d’une maison pour lequel vous gérez, supervisez et effectuez tous les travaux, de la fondation à la finition intérieure.

Vous pouvez quand même confier certaines tâches à des sous-traitants. Cependant, pour respecter les critères des prêteurs, la valeur des travaux réalisés par ces derniers ne devrait pas dépasser la moitié des coûts de construction prévus.

Ainsi, bâtir sa maison soi-même signifie être responsable du projet de construction dans son ensemble, incluant la gestion et le paiement des fournisseurs.

L’autoconstruction, un travail qui débute bien avant la première pelletée de terre.

Un des principaux avantages de faire affaire avec un entrepreneur pour la construction de votre maison est certainement sa bonne connaissance du domaine. Elle est probablement bien supérieure à la vôtre, à moins que vous ayez déjà oeuvré dans l’industrie de la construction. Il faut savoir qu’il y a de nombreuses démarches à effectuer, dont la demande de permis de construction, l’arpentage du terrain, l’étude de sol, la conception des plans, la préparation d’un budget et son suivi, etc.

L’autoconstruction est aussi un travail exigeant tout au long du projet. Achats auprès des fournisseurs, coordination des sous-traitants, choix des matériaux : il y a tant à faire et à penser que vous serez accaparés plusieurs heures par semaine par la gestion du chantier.

Concrètement, quels sont les avantages d’un projet d’autoconstruction ?

La raison principale qui motive les futurs propriétaires à construire eux-mêmes leur demeure est les économies qu’ils peuvent réaliser. Selon des experts, le coût d’une maison autoconstruite peut-être jusqu’à 30 % inférieur à celui d’une maison construite par un entrepreneur général.

Certaines personnes préfèrent également construire elles-mêmes leur maison afin d’avoir le contrôle total sur la qualité de la construction et du choix des matériaux.

Et quels sont les désavantages de l’autoconstruction ?

Il n’y a pas que des avantages à être son propre entrepreneur général ! C’est un projet qui prend énormément de temps, d’énergie et de connaissances.

De plus, l’autoconstructeur n’est pas à l’abri d’imprévus techniques ou financiers qui peuvent engendrer un retard important des délais de construction projetés.

La clé du succès : connaître ses limites.

Même si, par définition, l’autoconstruction est un projet à réaliser par soi-même, il est souhaitable de confier certains travaux à des experts.

Par exemple, les travaux d’électricité ou d’installation d’appareils au gaz doivent être faits par des entrepreneurs spécialisés qui détiennent une licence de la Régie du bâtiment du Québec.

Si vous demandez l’aide d’amis ou de membres de votre famille, sachez que vous êtes tenu d’assurer la sécurité de toutes les personnes présentes sur le chantier et que seulement les travaux de finition effectués bénévolement sont tolérés. Autrement, vous devez obtenir les certifications nécessaires, vous enregistrer auprès de la Commission de la construction du Québec (CCQ) et exiger les certificats de compétences adéquats.

Comment financer l’autoconstruction de sa maison ?

Bien qu’il soit tout à fait possible de contracter une hypothèque pour un projet d’autoconstruction, ce ne sont pas tous les prêteurs qui offrent ce genre de produits financiers et les critères sont souvent plus sévères.

Pour vous éviter du stress supplémentaire, assurez-vous d’avoir les reins assez solides pour faire face aux surprises qui pourraient survenir durant le chantier. Il est recommandé d’avoir une marge de sécurité d’environ 15 % pour pallier les imprévus.  

En résumé, l’autoconstruction est certes un projet ambitieux, mais si vous êtes bien informé et conseillé, votre maison de rêve pourrait être construite de vos propres mains. Voilà une belle histoire à raconter à vos proches !

,

Comment bien magasiner votre hypothèque ?

Magasiner une hypothèque ne se limite pas à choisir le meilleur taux d’intérêt. Bien que ce dernier soit un élément important, les termes et les conditions du prêt le sont tout autant.

Voici quelques pistes de réflexion pour orienter vos recherches et vous aider à trouver la meilleure hypothèque pour votre situation.

Magasinez le taux d’intérêt de votre hypothèque.

Souvent, le principal critère dans le choix d’une institution financière avec laquelle contracter un prêt hypothécaire est d’obtenir le taux le plus bas possible.

Mais qu’est-ce qu’un bon taux, surtout en contexte d’inflation, et comment le calcule-t-on ? Il faut savoir que le taux d’intérêt qui vous est présenté par une institution financière se calcule à partir du taux de base de la Banque du Canada et du taux préférentiel de l’institution. Il dépend aussi de plusieurs facteurs liés à votre situation personnelle, entre autres votre risque de non-remboursement et de remboursement anticipé.

Magasinez les termes et les conditions de votre hypothèque.

Bien qu’un taux d’intérêt bas soit un élément essentiel à considérer pour magasiner l’hypothèque idéale, d’autres facteurs doivent être pris en compte.

Les termes et les conditions d’un prêt hypothécaire ne sont pas toujours les éléments auxquels les propriétaires s’intéressent le plus, pourtant, ils représentent un bon objet de négociation avec les institutions financières. Ils peuvent vous faire économiser gros en fin de compte.

Une des conditions à ne pas négliger est le remboursement anticipé, que ce soit le paiement du solde total suite à la vente de votre propriété, l’augmentation des versements en cours de contrat ou le versement d’un montant forfaitaire.

Par exemple, dans le cas d’une vente avant la fin du terme et sans rachat, la banque pourrait vous imposer une pénalité, qui peut représenter une somme considérable. En ce qui a trait à l’augmentation des versements et au paiement d’un montant forfaitaire, des limites pourraient être indiquées au contrat et, en cas de dépassement, des frais pourraient vous être facturés.

Ainsi, si vous prévoyez vendre votre maison avant l’échéance de votre prêt hypothécaire ou si vous pensez augmenter vos paiements en cours de contrat, de bonnes conditions pourraient se révéler plus économiques même si le taux d’intérêt est un peu plus élevé.

Dans tous les cas, assurez-vous de bien comprendre les conditions de votre prêt hypothécaire avant d’y apposer votre signature afin de vous éviter de mauvaises surprises.

Demandez conseil à un courtier hypothécaire.

Les éléments présentés ci-haut ne sont qu’un aperçu des points à considérer pour magasiner une hypothèque avantageuse. Pour vous aider à faire un choix avisé, faites appel à un courtier hypothécaire. Il saura trouver l’institution financière qui vous offrira les meilleures conditions selon votre situation.

, , , ,

État du marché immobilier 2022 : les nouvelles règles et lois

Le marché immobilier évolue constamment. Il est donc normal que les règles et les lois l’encadrant s’adaptent à sa nouvelle réalité.

Devant la situation actuelle, alors que le marché est plutôt difficile pour les acheteurs, les gouvernements provincial et fédéral ont proposé des mesures visant à mieux protéger ces derniers et faciliter l’accès à la propriété. Voici un tour d’horizon des principaux changements annoncés récemment.

La fin de la double représentation

En décembre 2021, le gouvernement du Québec a adopté une refonte de la Loi sur le courtage immobilier. Une mesure phare de ce projet consiste à mettre fin à la double représentation. Ainsi, dès le 10 juin 2022, un même courtier immobilier ne pourra plus représenter simultanément le vendeur d’un immeuble résidentiel et l’acheteur potentiel du même immeuble. Cette mesure vise à réduire l’effet de la surchauffe immobilière, mais surtout à mieux protéger les acheteurs dans le cadre d’une transaction et à éviter les conflits d’intérêts.

L’exigence d’un contrat écrit

Une autre mesure incluse dans la refonte de la Loi sur le courtage immobilier consiste à exiger des courtiers immobiliers qu’ils établissent un contrat écrit avec les acheteurs qu’ils représentent. L’obligation d’une transaction officielle protège l’acheteur et fait en sorte que le courtier reçoit la rémunération prévue.

L’encadrement de l’inspection en bâtiment

Le marché immobilier actuel favorisant les vendeurs, un grand nombre de ventes ont dernièrement été conclues sans inspection au préalable. Cette pratique met les acheteurs à risque. Ainsi, dans le but de bien informer les acheteurs, les formulaires qui leur seront remis par les courtiers immobiliers comprendront dorénavant une mise en garde les renseignant qu’une promesse d’achat déposée sans clause d’inspection n’est pas appropriée, sauf dans certains cas spécifiques.

Le CELIAPP : un nouveau compte d’épargne libre d’impôt destiné à l’achat d’une première propriété

Dans son budget déposé le 7 avril 2022, le gouvernement du Canada a présenté une nouvelle mesure afin d’inciter les Canadiens et Canadiennes à épargner en vue de l’achat d’une première maison. Avec les prix élevés du marché immobilier actuel, plusieurs ménages peinent à obtenir les sommes nécessaires pour une mise de fonds. Le CELIAPP est un compte qui allie les avantages du REER et du CELI, c’est-à-dire que les cotisations sont déductibles, le revenu gagné dans le CELIAPP n’est pas assujetti à l’impôt et les retraits ne sont pas imposables, à la condition qu’ils soient effectués dans le but d’acheter une première propriété.

Par contre, il y a un maximum annuel de cotisation (8 000 $) sans pouvoir accumuler les cotisations inutilisées d’une année à l’autre. Un maximum de 40 000 $ pourra être placé dans ce compte. De plus, avec le CELIAPP, il ne sera pas possible d’utiliser le régime d’accession à la propriété (RAP).

Une nouvelle règle à propos de la revente précipitée d’un bien immobilier résidentiel

Les flips sont à la mode depuis plusieurs années et leur engouement ne dérougit pas, même dans le marché immobilier actuel. Dans cette optique, le gouvernement fédéral souhaite que les particuliers impliqués dans de telles démarches déclarent justement les revenus qu’ils tirent de leur activité. Ainsi, cette nouvelle règle vise à assujettir les profits de la vente d’un immeuble résidentiel détenu depuis moins de 12 mois à la même règle que l’imposition des revenus d’entreprise, sans l’exemption pour résidence principale.

L’augmentation du montant admissible du crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation

Le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation sera bonifié : le montant d’acompte maximum, qui était alors de 5 000 $, passe à 10 000 $ et permettra d’atteindre un crédit d’impôt allant jusqu’à 1 500 $.

Le crédit d’impôt pour la rénovation d’habitations multigénérationnelles

Cette mesure, qui prendra effet en 2023, n’est pas directement liée au marché immobilier actuel, car elle s’applique seulement aux logements existants. Toutefois, elle permettra aux familles de recevoir un crédit d’impôt de 15 % sur un maximum de 50 000 $ de dépenses de rénovation admissibles pour aménager des espaces afin de transformer une propriété en maison bigénérationnelle.

Demeurez à l’affût des nouveautés immobilières grâce à votre courtier.

Même si l’achat ou la vente d’une maison est d’abord et avant tout une transaction matérielle, il ne faut pas oublier qu’il y a des lois, des règlements et des règles fiscales qui l’entourent. Ces dernières sont

naturellement appelées à évoluer en fonction de l’état du marché immobilier. Pour être à l’affût de ces changements, une bonne collaboration avec un courtier immobilier est tout indiquée pour vous assurer une transaction immobilière réussie.

, ,

Gestion immobilière : déléguer la gestion de multilogements

L’immobilier locatif est un investissement intéressant qui peut être très profitable à long terme. Par contre, la gestion des immeubles et des locataires demande beaucoup de temps et d’énergie. Cette exigence décourage souvent les investisseurs à poursuivre la croissance de leur parc immobilier.

Or, il existe des entreprises de gestion immobilière à qui les propriétaires peuvent déléguer la gestion de leurs multilogements. Spécialisées dans la prise en charge des immeubles locatifs, ces dernières répondent directement à un besoin croissant du marché : délester les investisseurs immobiliers des opérations courantes pour lesquelles ils n’ont pas le temps ou les connaissances nécessaires.

Comment fonctionne une entreprise de gestion de multilogements?

Les entreprises de gestion de multilogements proposent des formules flexibles qui peuvent être adaptées aux besoins des propriétaires, selon leur niveau de connaissances et d’implication souhaité. Ainsi, le propriétaire d’immeubles locatifs peut déléguer la gestion complète ou partielle de son parc immobilier à des gestionnaires professionnels compétents.

Les services offerts par les entreprises de gestion immobilière sont variés, allant de l’entretien des bâtiments à la gestion des locataires, y compris l’affichage et la promotion des logements vacants et la collecte mensuelle des loyers. Elles peuvent même représenter le propriétaire devant le Tribunal administratif du logement (TAL).

La rémunération des entreprises de gestion immobilière est calculée selon un pourcentage du revenu brut de l’immeuble. Ce dernier est d’environ 5%, mais il peut varier de quelques points en fonction des opérations de gestion prises en charge.

Pourquoi faire appel à une entreprise de gestion immobilière?

De la recherche de nouveaux locataires à la gestion des plaintes, s’occuper d’un immeuble locatif demande une grande disponibilité, surtout en cas d’urgence. Le recours à des gestionnaires immobiliers professionnels permet aux investisseurs de saisir une occasion en or, sans avoir peur de la charge de travail qui pourrait en découler.

C’est une option particulièrement intéressante pour les jeunes investisseurs, qui ont souvent une famille et une carrière prenant tout leur temps. Ils peuvent ainsi se concentrer sur leurs activités principales et profiter, plus tard, de leur retour sur investissement.

C’est également une bonne solution pour les propriétaires de plusieurs multilogements qui, au fil des années, veulent réduire leur charge de travail tout en continuant à toucher un revenu locatif.

Bref, la charge de travail que représente la gestion locative ne devrait pas freiner votre rêve de posséder un parc immobilier. Les entreprises de gestion immobilière sont présentes dans presque toutes les régions du Québec pour vous accompagner dans la gestion de vos multilogements.

, ,

Acheter un chalet : nos 5 conseils pour faire le bon choix!

Pour bon nombre de Québécoises et de Québécois, un chalet est synonyme de détente, de plein air et de grands espaces. En effet, acheter un chalet est un excellent moyen de décrocher de l’effervescence de la vie urbaine et de se reconnecter avec la nature, surtout pour les résidents des grandes villes.

Depuis le début de la pandémie, l’intérêt pour les chalets n’a fait qu’augmenter et le marché est autant actif que celui des résidences principales. On observe une hausse des prix des résidences secondaires, qui se vendent souvent en quelques jours.

Vous projetez d’acheter un chalet prochainement? Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à bien choisir votre future résidence secondaire.

1. Vérifiez la règlementation en vigueur

Quelques recherches auprès des instances municipales et provinciales peuvent vous éviter bien des soucis au moment d’acheter votre chalet ou lors de son utilisation future. Pour que votre rêve ne tourne pas au cauchemar, ne négligez pas de faire les vérifications suivantes avant de déposer votre offre.

D’abord, une propriété située à proximité d’un cours d’eau ou d’un lac peut être soumise à des contraintes environnementales. Ces dernières peuvent être un frein à vos projets d’aménagement ou de rénovation. Aussi, si la propriété est considérée comme étant située en zone inondable, informez-vous auprès de votre assureur des impacts que cela peut avoir sur la prime de votre assurance habitation.

Si le chalet possède un accès à l’eau, vérifiez si la baignade est possible et s’il y a des conditions pour l’utilisation d’embarcations nautiques.

Vous pensiez rendre disponible votre résidence secondaire sur des plateformes de location à court terme telle que Airbnb pour rentabiliser votre achat? Assurez-vous de le faire en conformité avec les lois provinciales et les règlements municipaux. En effet, il y a des municipalités qui interdisent la location à court terme dans certaines zones. Si le chalet fait partie d’une copropriété comme un domaine privé, vérifiez également les règlements de copropriété : les locations à court terme sont de plus en plus soumises à des conditions strictes, voire interdites.

2. Recherchez les services à proximité

Alors que certains rêvent de relaxer dans un endroit retiré à mille lieues de la civilisation, la plupart des propriétaires de chalet apprécient la possibilité de pouvoir faire l’épicerie, passer à la SAQ ou aller prendre un café à quelques minutes de voiture. Si c’est votre cas, n’oubliez pas de prendre le temps de visiter les commerces du quartier pour voir s’ils conviennent à vos besoins.

Que vous pensiez profiter de votre résidence secondaire pour faire du télétravail ou écouter des séries en rafale, assurez-vous que la région possède l’Internet haute vitesse.

3. Ne négligez pas l’importance de l’inspection préachat

Comme pour une résidence principale, c’est important de faire inspecter le chalet que vous convoitez par un expert. Cette étape peut vous éviter bien des soucis plus tard, surtout si la propriété n’est pas aménagée adéquatement pour l’hiver.

Demandez aussi à avoir un état de la situation des installations septiques et de l’accès à l’eau potable si la propriété n’est pas desservie par les services publics.

4. Considérez l’aspect financier.

Le prêt hypothécaire fonctionne généralement pareil pour un chalet ou une résidence principale, mais selon l’institution financière, les conditions et les montants maximums peuvent varier. Avant de faire quelque démarche que ce soit pour l’achat d’un chalet, consultez d’abord un courtier hypothécaire.

En possédant deux résidences, il ne faut pas oublier que certains frais (services, taxes) devront être payés en double. Selon l’état du bâtiment, de petits ou grands travaux seront peut-être nécessaires. Ainsi, veillez à bien évaluer les couts et à définir votre budget.

Si vous pensez revendre votre chalet dans quelques années, n’oubliez pas que le gain en capital est imposable à 50 % sur une résidence secondaire. En cas de doute, un fiscaliste saura vous orienter au moment venu.

5. Comptez sur les conseils d’un courtier immobilier.

Il y a tant de choses à penser et à vérifier quand vient le temps d’acheter une deuxième résidence. Les services d’un courtier immobilier sont un bon atout pour vous aider à trouver le chalet de vos rêves.

,

Qu’est-ce que la garantie légale de qualité?

Avec le marché immobilier actuel très dynamique, on entend de plus en plus parler de « vente sans garantie légale ». Pour certains acheteurs, exclure cette protection de la transaction immobilière est une façon de se démarquer des autres acheteurs potentiels, surtout pour gagner une offre d’achat multiple.

Pourtant, la garantie légale de qualité existe pour protéger les acheteurs d’immeubles immobiliers d’éventuels vices qui pourraient représenter des dépenses imprévues colossales ou même les empêcher de jouir de leur bien. Est-ce prudent de s’en passer?

Voici un éclairage sur la question.

En quoi consiste la garantie légale de qualité?

Selon l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), l’autorité en matière de courtage immobilier au Québec, « la personne qui vend un meuble ou un immeuble est tenue de garantir qu’il est exempt de tous vices de titres et de tous vices cachés, sauf ceux dénoncés avant la vente ».

Comme son nom l’indique, la garantie légale existe par effet de la loi. Elle n’a donc pas besoin d’être inscrite dans le contrat liant les deux parties. Au contraire, c’est lorsque l’achat se fait sans garantie légale qu’une mention à cet effet doit être inscrite dans la promesse d’achat.

La garantie prévue dans la loi se décline en deux volets : la garantie du droit de propriété et, celle qui nous intéresse dans le cas présent, la garantie légale de qualité.

Toujours selon l’OACIQ, grâce à la garantie légale « le vendeur garantit à l’acheteur que l’immeuble est exempt de vices, existants au moment de la vente, qui le rendraient impropre à l’usage auquel on le destine ou qui diminueraient à tel point son utilité que l’acheteur ne l’aurait pas acheté, ou n’aurait pas offert le même prix s’il les avait connus ».

Les vices divulgués et connus de l’acheteur avant la vente ne sont pas garantis en vertu de la garantie légale de qualité.

L’inspection préachat est-t-elle nécessaire lors d’une vente sans garantie légale de qualité?

Une vente sans garantie légale s’applique habituellement à l’ensemble de l’immeuble. Or, l’exclusion de garantie pourrait s’appliquer seulement aux composantes incluses avec la vente de la propriété, comme la piscine, les électroménagers, les luminaires, etc.

Dans tous les cas, tout acheteur devrait faire inspecter la propriété par un expert reconnu. Il est toujours recommandé de jouer de prudence et de bien connaître l’état de l’immeuble avant de conclure la transaction, et ce, quels que soient ses termes et ses conditions de vente.

Si vous vous aventurez dans l’achat ou la vente d’une propriété sans garantie légale de qualité, assurez-vous d’être bien conseillé par votre courtier immobilier. Il pourra vous aider à évaluer le risque réel que vous encourrez en refusant cette protection légale.