Comment fixer le loyer de vos logements et de vos espaces commerciaux ?

S’il y a un point en commun entre tous les propriétaires de logements et de bâtiments commerciaux, c’est certainement l’objectif d’engendrer un maximum de profit et de rentabiliser leur investissement, et ce, en engageant le moins de dépenses possible.  

Pour ce faire, vous devez fixer le loyer de vos logements et de vos espaces commerciaux avec doigté. C’est une étape qui peut soulever bien des questions, surtout dans un contexte de bouleversements immobiliers et économiques 

Voici quelques pistes pour orienter vos démarches et vous aider à établir le bon prix pour vos loyers commerciaux.  

Fixer le loyer d’un logement résidentiel  

Au Québec, même si plusieurs règles encadrent la fixation des loyers, notamment en ce qui a trait aux hausses annuelles du prix d’un logement, il n’est pas toujours évident de déterminer le juste prix.  

Bien sûr, le montant établi suit généralement la tendance observée dans le secteur. Cependant, d’autres facteurs doivent aussi être considérés :  

  • La dimension du logement et le nombre de pièces ;  
  • La qualité des espaces (Est-ce que l’appartement a fait l’objet de travaux récents ? Est-il bien entretenu ? Est-il bien isolé ?) ; 
  • L’inclusion d’appareils ou de meubles au bail (électroménagers, climatiseur, etc.) ; 
  • La présence d’un ou de plusieurs stationnements ; 
  • Etc.  

Si, malgré tout, vous avez de la difficulté à déterminer le loyer pour vos appartements, sachez qu’un outil de calcul est disponible sur le site du Tribunal administratif du logement. Même s’il s’agit d’un document d’abord utilisé comme outil de médiation, il est possible de s’en servir en guise de référence. 

Comment bien fixer le loyer d’un espace commercial ?  

Il faut savoir que les baux commerciaux sont moins réglementés que les baux résidentiels, ce qui laisse généralement plus de lassitude aux propriétaires. Dans ce cas, c’est davantage le marché qui régule le prix des loyers dans un secteur donné.  

Évidemment, quelques éléments peuvent servir de référence pour établir le prix d’un loyer commercial :  

  • Les caractéristiques du local ; 
  • Les prix affichés dans le voisinage ; 
  • Le type d’activités commerciales ; 
  • Etc.  

De plus, les travaux d’entretien et les frais d’aménagement sont souvent aux frais du locataire ou ils peuvent être inclus dans le bail. Le type d’activités exercées peut aussi avoir une incidence sur le prix. Par exemple, la demande pour des locaux industriels est très forte dans les grandes villes canadiennes, ce qui fait augmenter leur loyer.  

Il n’y a pas de formule magique pour fixer le loyer d’un logement ou d’un espace commercial ! 

La fixation des prix d’un loyer commercial n’est pas une science exacte, loin de là. Il en est de même plusieurs aspects du monde des affaires ! Par contre, il existe de nombreux outils pour en arriver au meilleur résultat possible, dont une bonne connaissance du marché.  

N’hésitez pas à discuter de votre projet avec un courtier spécialisé en immobilier commercial. Son expertise vous sera d’une grande aide ! 

Tout savoir sur l’autoconstruction de sa maison

Tout savoir sur l’autoconstruction de sa maison !

L’idée de construire vous-mêmes votre maison sur le terrain que vous avez soigneusement choisi vous enchante énormément ? Pour vous, l’autoconstruction est la meilleure façon d’avoir une propriété qui vous ressemble ?

Voici un aperçu de ce qui vous attend si vous décidez d’être l’entrepreneur en construction de votre future maison.

Qu’est-ce qu’une autoconstruction ?

Avant d’aborder les avantages et les caractéristiques de l’autoconstruction, il est important de bien comprendre ce que c’est réellement. Il s’agit d’un projet de construction d’une maison pour lequel vous gérez, supervisez et effectuez tous les travaux, de la fondation à la finition intérieure.

Vous pouvez quand même confier certaines tâches à des sous-traitants. Cependant, pour respecter les critères des prêteurs, la valeur des travaux réalisés par ces derniers ne devrait pas dépasser la moitié des coûts de construction prévus.

Ainsi, bâtir sa maison soi-même signifie être responsable du projet de construction dans son ensemble, incluant la gestion et le paiement des fournisseurs.

L’autoconstruction, un travail qui débute bien avant la première pelletée de terre.

Un des principaux avantages de faire affaire avec un entrepreneur pour la construction de votre maison est certainement sa bonne connaissance du domaine. Elle est probablement bien supérieure à la vôtre, à moins que vous ayez déjà oeuvré dans l’industrie de la construction. Il faut savoir qu’il y a de nombreuses démarches à effectuer, dont la demande de permis de construction, l’arpentage du terrain, l’étude de sol, la conception des plans, la préparation d’un budget et son suivi, etc.

L’autoconstruction est aussi un travail exigeant tout au long du projet. Achats auprès des fournisseurs, coordination des sous-traitants, choix des matériaux : il y a tant à faire et à penser que vous serez accaparés plusieurs heures par semaine par la gestion du chantier.

Concrètement, quels sont les avantages d’un projet d’autoconstruction ?

La raison principale qui motive les futurs propriétaires à construire eux-mêmes leur demeure est les économies qu’ils peuvent réaliser. Selon des experts, le coût d’une maison autoconstruite peut-être jusqu’à 30 % inférieur à celui d’une maison construite par un entrepreneur général.

Certaines personnes préfèrent également construire elles-mêmes leur maison afin d’avoir le contrôle total sur la qualité de la construction et du choix des matériaux.

Et quels sont les désavantages de l’autoconstruction ?

Il n’y a pas que des avantages à être son propre entrepreneur général ! C’est un projet qui prend énormément de temps, d’énergie et de connaissances.

De plus, l’autoconstructeur n’est pas à l’abri d’imprévus techniques ou financiers qui peuvent engendrer un retard important des délais de construction projetés.

La clé du succès : connaître ses limites.

Même si, par définition, l’autoconstruction est un projet à réaliser par soi-même, il est souhaitable de confier certains travaux à des experts.

Par exemple, les travaux d’électricité ou d’installation d’appareils au gaz doivent être faits par des entrepreneurs spécialisés qui détiennent une licence de la Régie du bâtiment du Québec.

Si vous demandez l’aide d’amis ou de membres de votre famille, sachez que vous êtes tenu d’assurer la sécurité de toutes les personnes présentes sur le chantier et que seulement les travaux de finition effectués bénévolement sont tolérés. Autrement, vous devez obtenir les certifications nécessaires, vous enregistrer auprès de la Commission de la construction du Québec (CCQ) et exiger les certificats de compétences adéquats.

Comment financer l’autoconstruction de sa maison ?

Bien qu’il soit tout à fait possible de contracter une hypothèque pour un projet d’autoconstruction, ce ne sont pas tous les prêteurs qui offrent ce genre de produits financiers et les critères sont souvent plus sévères.

Pour vous éviter du stress supplémentaire, assurez-vous d’avoir les reins assez solides pour faire face aux surprises qui pourraient survenir durant le chantier. Il est recommandé d’avoir une marge de sécurité d’environ 15 % pour pallier les imprévus.  

En résumé, l’autoconstruction est certes un projet ambitieux, mais si vous êtes bien informé et conseillé, votre maison de rêve pourrait être construite de vos propres mains. Voilà une belle histoire à raconter à vos proches !

,

Comment bien magasiner votre hypothèque ?

Magasiner une hypothèque ne se limite pas à choisir le meilleur taux d’intérêt. Bien que ce dernier soit un élément important, les termes et les conditions du prêt le sont tout autant.

Voici quelques pistes de réflexion pour orienter vos recherches et vous aider à trouver la meilleure hypothèque pour votre situation.

Magasinez le taux d’intérêt de votre hypothèque.

Souvent, le principal critère dans le choix d’une institution financière avec laquelle contracter un prêt hypothécaire est d’obtenir le taux le plus bas possible.

Mais qu’est-ce qu’un bon taux, surtout en contexte d’inflation, et comment le calcule-t-on ? Il faut savoir que le taux d’intérêt qui vous est présenté par une institution financière se calcule à partir du taux de base de la Banque du Canada et du taux préférentiel de l’institution. Il dépend aussi de plusieurs facteurs liés à votre situation personnelle, entre autres votre risque de non-remboursement et de remboursement anticipé.

Magasinez les termes et les conditions de votre hypothèque.

Bien qu’un taux d’intérêt bas soit un élément essentiel à considérer pour magasiner l’hypothèque idéale, d’autres facteurs doivent être pris en compte.

Les termes et les conditions d’un prêt hypothécaire ne sont pas toujours les éléments auxquels les propriétaires s’intéressent le plus, pourtant, ils représentent un bon objet de négociation avec les institutions financières. Ils peuvent vous faire économiser gros en fin de compte.

Une des conditions à ne pas négliger est le remboursement anticipé, que ce soit le paiement du solde total suite à la vente de votre propriété, l’augmentation des versements en cours de contrat ou le versement d’un montant forfaitaire.

Par exemple, dans le cas d’une vente avant la fin du terme et sans rachat, la banque pourrait vous imposer une pénalité, qui peut représenter une somme considérable. En ce qui a trait à l’augmentation des versements et au paiement d’un montant forfaitaire, des limites pourraient être indiquées au contrat et, en cas de dépassement, des frais pourraient vous être facturés.

Ainsi, si vous prévoyez vendre votre maison avant l’échéance de votre prêt hypothécaire ou si vous pensez augmenter vos paiements en cours de contrat, de bonnes conditions pourraient se révéler plus économiques même si le taux d’intérêt est un peu plus élevé.

Dans tous les cas, assurez-vous de bien comprendre les conditions de votre prêt hypothécaire avant d’y apposer votre signature afin de vous éviter de mauvaises surprises.

Demandez conseil à un courtier hypothécaire.

Les éléments présentés ci-haut ne sont qu’un aperçu des points à considérer pour magasiner une hypothèque avantageuse. Pour vous aider à faire un choix avisé, faites appel à un courtier hypothécaire. Il saura trouver l’institution financière qui vous offrira les meilleures conditions selon votre situation.