, ,

Acheter un chalet : nos 5 conseils pour faire le bon choix!

Pour bon nombre de Québécoises et de Québécois, un chalet est synonyme de détente, de plein air et de grands espaces. En effet, acheter un chalet est un excellent moyen de décrocher de l’effervescence de la vie urbaine et de se reconnecter avec la nature, surtout pour les résidents des grandes villes.

Depuis le début de la pandémie, l’intérêt pour les chalets n’a fait qu’augmenter et le marché est autant actif que celui des résidences principales. On observe une hausse des prix des résidences secondaires, qui se vendent souvent en quelques jours.

Vous projetez d’acheter un chalet prochainement? Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à bien choisir votre future résidence secondaire.

1. Vérifiez la règlementation en vigueur

Quelques recherches auprès des instances municipales et provinciales peuvent vous éviter bien des soucis au moment d’acheter votre chalet ou lors de son utilisation future. Pour que votre rêve ne tourne pas au cauchemar, ne négligez pas de faire les vérifications suivantes avant de déposer votre offre.

D’abord, une propriété située à proximité d’un cours d’eau ou d’un lac peut être soumise à des contraintes environnementales. Ces dernières peuvent être un frein à vos projets d’aménagement ou de rénovation. Aussi, si la propriété est considérée comme étant située en zone inondable, informez-vous auprès de votre assureur des impacts que cela peut avoir sur la prime de votre assurance habitation.

Si le chalet possède un accès à l’eau, vérifiez si la baignade est possible et s’il y a des conditions pour l’utilisation d’embarcations nautiques.

Vous pensiez rendre disponible votre résidence secondaire sur des plateformes de location à court terme telle que Airbnb pour rentabiliser votre achat? Assurez-vous de le faire en conformité avec les lois provinciales et les règlements municipaux. En effet, il y a des municipalités qui interdisent la location à court terme dans certaines zones. Si le chalet fait partie d’une copropriété comme un domaine privé, vérifiez également les règlements de copropriété : les locations à court terme sont de plus en plus soumises à des conditions strictes, voire interdites.

2. Recherchez les services à proximité

Alors que certains rêvent de relaxer dans un endroit retiré à mille lieues de la civilisation, la plupart des propriétaires de chalet apprécient la possibilité de pouvoir faire l’épicerie, passer à la SAQ ou aller prendre un café à quelques minutes de voiture. Si c’est votre cas, n’oubliez pas de prendre le temps de visiter les commerces du quartier pour voir s’ils conviennent à vos besoins.

Que vous pensiez profiter de votre résidence secondaire pour faire du télétravail ou écouter des séries en rafale, assurez-vous que la région possède l’Internet haute vitesse.

3. Ne négligez pas l’importance de l’inspection préachat

Comme pour une résidence principale, c’est important de faire inspecter le chalet que vous convoitez par un expert. Cette étape peut vous éviter bien des soucis plus tard, surtout si la propriété n’est pas aménagée adéquatement pour l’hiver.

Demandez aussi à avoir un état de la situation des installations septiques et de l’accès à l’eau potable si la propriété n’est pas desservie par les services publics.

4. Considérez l’aspect financier.

Le prêt hypothécaire fonctionne généralement pareil pour un chalet ou une résidence principale, mais selon l’institution financière, les conditions et les montants maximums peuvent varier. Avant de faire quelque démarche que ce soit pour l’achat d’un chalet, consultez d’abord un courtier hypothécaire.

En possédant deux résidences, il ne faut pas oublier que certains frais (services, taxes) devront être payés en double. Selon l’état du bâtiment, de petits ou grands travaux seront peut-être nécessaires. Ainsi, veillez à bien évaluer les couts et à définir votre budget.

Si vous pensez revendre votre chalet dans quelques années, n’oubliez pas que le gain en capital est imposable à 50 % sur une résidence secondaire. En cas de doute, un fiscaliste saura vous orienter au moment venu.

5. Comptez sur les conseils d’un courtier immobilier.

Il y a tant de choses à penser et à vérifier quand vient le temps d’acheter une deuxième résidence. Les services d’un courtier immobilier sont un bon atout pour vous aider à trouver le chalet de vos rêves.

,

Qu’est-ce que la garantie légale de qualité?

Avec le marché immobilier actuel très dynamique, on entend de plus en plus parler de « vente sans garantie légale ». Pour certains acheteurs, exclure cette protection de la transaction immobilière est une façon de se démarquer des autres acheteurs potentiels, surtout pour gagner une offre d’achat multiple.

Pourtant, la garantie légale de qualité existe pour protéger les acheteurs d’immeubles immobiliers d’éventuels vices qui pourraient représenter des dépenses imprévues colossales ou même les empêcher de jouir de leur bien. Est-ce prudent de s’en passer?

Voici un éclairage sur la question.

En quoi consiste la garantie légale de qualité?

Selon l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), l’autorité en matière de courtage immobilier au Québec, « la personne qui vend un meuble ou un immeuble est tenue de garantir qu’il est exempt de tous vices de titres et de tous vices cachés, sauf ceux dénoncés avant la vente ».

Comme son nom l’indique, la garantie légale existe par effet de la loi. Elle n’a donc pas besoin d’être inscrite dans le contrat liant les deux parties. Au contraire, c’est lorsque l’achat se fait sans garantie légale qu’une mention à cet effet doit être inscrite dans la promesse d’achat.

La garantie prévue dans la loi se décline en deux volets : la garantie du droit de propriété et, celle qui nous intéresse dans le cas présent, la garantie légale de qualité.

Toujours selon l’OACIQ, grâce à la garantie légale « le vendeur garantit à l’acheteur que l’immeuble est exempt de vices, existants au moment de la vente, qui le rendraient impropre à l’usage auquel on le destine ou qui diminueraient à tel point son utilité que l’acheteur ne l’aurait pas acheté, ou n’aurait pas offert le même prix s’il les avait connus ».

Les vices divulgués et connus de l’acheteur avant la vente ne sont pas garantis en vertu de la garantie légale de qualité.

L’inspection préachat est-t-elle nécessaire lors d’une vente sans garantie légale de qualité?

Une vente sans garantie légale s’applique habituellement à l’ensemble de l’immeuble. Or, l’exclusion de garantie pourrait s’appliquer seulement aux composantes incluses avec la vente de la propriété, comme la piscine, les électroménagers, les luminaires, etc.

Dans tous les cas, tout acheteur devrait faire inspecter la propriété par un expert reconnu. Il est toujours recommandé de jouer de prudence et de bien connaître l’état de l’immeuble avant de conclure la transaction, et ce, quels que soient ses termes et ses conditions de vente.

Si vous vous aventurez dans l’achat ou la vente d’une propriété sans garantie légale de qualité, assurez-vous d’être bien conseillé par votre courtier immobilier. Il pourra vous aider à évaluer le risque réel que vous encourrez en refusant cette protection légale.

, ,

Quel est l’état de l’immobilier commercial depuis la pandémie?

Après deux années remplies de chamboulements en raison de la pandémie, la vie normale reprend tranquillement son cours. Mais qu’en est-il de l’immobilier commercial?  

Les entreprises ont subi de nombreux soubresauts au cours des derniers mois. Voici les principaux changements qui se sont opérés dans le secteur de l’immobilier commercial depuis la pandémie, ainsi que les perspectives d’avenir.  

Des bouleversements dans tout le secteur de l’immobilier commercial depuis le début de la pandémie 

Depuis mars 2020, les entreprises œuvrant dans différents secteurs d’activité ont eu à composer avec plusieurs confinements décrétés par les autorités afin d’enrayer la propagation de la COVID-19. Concrètement, ces fermetures ont entraîné une baisse des revenus pour les commerçants et, par conséquent, une difficulté à assurer leurs frais et leurs dépenses, notamment le paiement de leur loyer. Cette situation a aussi impacté les propriétaires d’immeubles commerciaux, dont plusieurs ont dû se rabattre sur des aides d’urgence gouvernementales.   

Le télétravail obligatoire a aussi entraîné la désertion de la majorité des immeubles de bureaux, privant de ce fait les commerçants et les restaurateurs du secteur de leur clientèle habituelle.   

Vraiment, les entrepreneurs et les propriétaires d’immeubles commerciaux ont subi leur lot d’épreuves depuis la pandémie! En revanche, même si le secteur de l’immobilier commercial demeurera transformé, l’avenir s’annonce plus radieux avec les perspectives intéressantes formulées par des experts du domaine. 

Des perspectives intéressantes pour l’immobilier commercial après la pandémie 

Dans plusieurs domaines, les experts s’entendent pour dire que le monde tel que nous le connaissions avant la pandémie ne sera plus d’actualité. En effet, plusieurs transformations amorcées durant ces deux dernières années sont là pour de bon. Et les immeubles commerciaux auront un grand rôle à jouer dans cette transition.  

Prenons, par exemple, les immeubles de bureaux. Avant la pandémie, la tendance était aux espaces plus compacts et denses. Maintenant, à cause de la distanciation physique, le besoin en espace pourrait s’accroitre, malgré le télétravail qui sera encore bien présent dans plusieurs entreprises.  

Les grands changements dans ce secteur pourraient se répercuter de deux façons : par des espaces commerciaux offrant des conditions de location plus flexibles pour permettre aux entreprises de s’ajuster plus rapidement et par des locaux situés à l’extérieur des grands centres, dans les banlieues plus près du domicile des employés qui, depuis le télétravail, sont moins enclins à perdre d’innombrables heures de transport.  

Le commerce de détail a également connu de grands bouleversements durant la pandémie. Ce secteur est appelé à se transformer en raison de la popularité grandissante du commerce en ligne. C’est une transformation qui était déjà enclenchée avant la pandémie, mais qui a pris de l’ampleur avec les restrictions et les fermetures des deux dernières années.   

Au lieu d’une boutique ayant pignon sur rue, les entreprises se tourneront sans doute vers des espaces destinés à l’entreposage de leurs marchandises ainsi qu’à la gestion et à l’expédition de leurs commandes. Maintenant, leur défi n’est plus nécessairement d’avoir le meilleur emplacement pour leur boutique, mais de pouvoir compter sur des centres de distribution de qualité et à proximité de leur clientèle pour acheminer leurs produits rapidement.  

Avec toutes ses transformations, plusieurs types d’espaces commerciaux devront trouver une nouvelle vocation pour mieux répondre aux besoins des entreprises locataires.  

Tirez le meilleur de l’immobilier commercial post-pandémie grâce à votre courtier 

Malgré les nombreux changements annoncés dans le secteur de l’immobilier commercial post-pandémie, il s’agit tout de même d’un bon moment pour investir dans un immeuble ou pour trouver des locaux mieux adaptés à vos besoins.  

L’important est de choisir un espace qui pourra s’adapter à l’évolution de vos activités commerciales. Pour ce faire, faites-vous accompagner par un courtier immobilier spécialisé dans le secteur commercial. Avec ses connaissances du domaine et en adéquation avec vos exigences, il saura trouver l’endroit idéal pour assurer la prospérité de votre entreprise.